Résilience et trouble de comportement chez l’enfant : proposition d’interventions en soutien à la résilience de l’enfant ayant un trouble du comportement

Résilience et trouble de comportement chez l’enfant : proposition d’interventions en soutien à la résilience de l’enfant ayant un trouble du comportement

Résilience et trouble de comportement chez l’enfant : proposition d’interventions en soutien à la résilience de l’enfant ayant un trouble du comportement

Résilience et trouble de comportement chez l’enfant : proposition d’interventions en soutien à la résilience de l’enfant ayant un trouble du comportements

| Ajouter

Référence bibliographique [10643]

Levert, Marie Josée et Lefebvre, Hélène. 2011. «Résilience et trouble de comportement chez l’enfant : proposition d’interventions en soutien à la résilience de l’enfant ayant un trouble du comportement ». Développement humain, handicap et changement social, vol. 19, no 1, p. 69-74.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette réflexion sur la résilience des enfants émerge d’une recherche qui a exploré en profondeur les facteurs qui contribuent à l’évolution d’un enfant souffrant de troubles graves du comportement et d’angoisses liées à la séparation […].» (p. 70)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Cette réflexion se base sur une étude de cas (voir Levert, 2011) effectuée auprès d’un enfant de huit ans souffrant de troubles graves du comportement et d’angoisses liées à la séparation.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Alors que la plupart des enfants grandissent harmonieusement, plusieurs autres souffrent à un moment ou à un autre de leur développement d’un problème de santé mentale qui affecte leur sentiment subjectif de bien-être, leurs relations et leur adaptation sociale. […] Une étude a exploré en profondeur les facteurs qui contribuent à l’évolution d’un enfant souffrant de troubles graves du comportement et d’angoisses liées à la séparation, suivi en psychothérapie individuelle. […] Les résultats montrent qu’en un peu plus d’une année, des changements remarquables sont survenus. D’abord, la dépendance pathologique de l’enfant envers sa mère s’est rapprochée de la dépendance normale de tout enfant envers ses parents. […] Ces changements sont survenus en interdépendance avec l’apparition d’une meilleure capacité de la mère à aider son enfant à faire face à ses difficultés. Les résultats de cette étude permettent de dégager certaines caractéristiques d’une intervention qui soutient l’évolution résiliente de l’enfant et qui se construit dans la relation entre l’enfant, sa mère, sa thérapeute et son environnement.» (p.69)