Étude descriptive des réseaux sociaux des personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée âgées de 16 à 65 ans

Étude descriptive des réseaux sociaux des personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée âgées de 16 à 65 ans

Étude descriptive des réseaux sociaux des personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée âgées de 16 à 65 ans

Étude descriptive des réseaux sociaux des personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée âgées de 16 à 65 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [10632]

Dufresne, Marie-Christine. 2012. «Étude descriptive des réseaux sociaux des personnes présentant une déficience intellectuelle légère ou modérée âgées de 16 à 65 ans». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude présente un portrait actuel de la taille du réseau social des personnes présentant une déficience intellectuelle [PPDI] légère ou modérée âgées de 16 à 65 ans ainsi que de sa composition.» (p. ii)

Questions/Hypothèses :
«Voici les hypothèses […] à vérifier: [1a] Les PPDI ont tendance à rapporter plus d’amis dans leur réseau social que les éducateurs ou les proches ne le font. [1b] Les PPDI ont plus tendance à identifier un amoureux(se) dans leur réseau social que les éducateurs et les proches ne le font. [2] Le réseau social des PPDI est majoritairement composé d’intervenants et de membres de la famille.» (p. 64)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données analysées dans le cadre de ce mémoire proviennent d’une base de données constituée dans le cadre de deux projets de recherches plus larges portant respectivement sur l’évaluation du processus d’intervention puis sur les effets d’un programme d’éducation à la vie affective, amoureuse et sexuelle (ÉV AAS) pour les personnes présentant une déficience intellectuelle modérée.» (p. 67) «Les données analysées dans le cadre du présent mémoire concernent 60 participants âgés de 15 à 65 ans, soit 35 hommes et 25 femmes.» (p. 70)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats démontrent les similarités et les différences entre le nombre de personnes dans le réseau social rapporté par les trois types de répondants. Ils présentent aussi l’influence du niveau de déficience intellectuelle, du genre, de l’âge, du type de milieu de vie et de la participation à des activités sur la taille du réseau social. La composition du réseau social permet de constater qu’il y a plus d’amis et de proches qui font partie du réseau social des personnes présentant une déficience intellectuelle que d’intervenants. À la lumière des résultats présentés, des pistes d’interventions sont proposées aux éducateurs […].» (p. ii-iii) De plus, en lien avec les hypothèses 1b et 2, il semble que «[…] la notion de relation amoureuse pourrait être bien comprise par les PPDI. [Aussi, les] résultats des analyses […] ont confirmé que le réseau social des PPDI est majoritairement composé d’intervenants et de membres de la famille.» (p. 86)