Se construire en s’investissant sur le marché du travail : regard de jeunes décrocheurs

Se construire en s’investissant sur le marché du travail : regard de jeunes décrocheurs

Se construire en s’investissant sur le marché du travail : regard de jeunes décrocheurs

Se construire en s’investissant sur le marché du travail : regard de jeunes décrocheurss

| Ajouter

Référence bibliographique [10631]

Doyer, Marie-Ève. 2012. «Se construire en s’investissant sur le marché du travail : regard de jeunes décrocheurs». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, Département des fondements et pratiques en éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de cette étude est de mieux connaître, pour mieux comprendre, la façon dont les jeunes qui quittent l’école avant l’obtention de leur diplôme d’études secondaires se construisent sur le plan identitaire par le biais de leurs expériences scolaires, d’une part, de travail, d’autre part, de même que par leur relation à certaines personnes significatives.» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude a été conduite «[…] auprès de 15 jeunes hommes de 18 à 23 ans ayant fait le choix de compléter leurs études de niveau secondaire après avoir vécu des expériences sur le marché du travail.» (p. ii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Si le phénomène du décrochage scolaire a des conséquences sociales et économiques considérables sur la société québécoise, il a, d’autre part, un impact important sur la vie des personnes directement concernées qui, lorsque vient le temps de s’insérer sur le marché du travail, doivent composer avec des qualifications restreintes. […] Notre étude innove en ce qu’elle s’intéresse particulièrement à l’identité des jeunes décrocheurs qui retournent en formation quelques mois ou quelques années après avoir intégré le marché du travail.» (p. 2) Dans cette étude, «[…] nous avons pu dégager des facteurs de natures intra-personnelle, interpersonnelle et extra-personnelle à même d’éclairer leur choix de quitter l’école, d’investir le marché du travail puis de retourner en formation.» (p. ii) Plus précisément, les parents et la fratrie jouent un rôle important dans leur investissement ou leur désinvestissement scolaire, de même que sur leur désir de retourner à l’école, par l’influence qu’ils ont «[…] sur la croyance des jeunes en leur capacité de réussir des études.» (p. 77)