Les jeunes acteurs du développement : étude comparative sur la migration des jeunes adultes dans les métropoles de Montréal (QC-Canada) et Porto Alegre (RS-Brésil)

Les jeunes acteurs du développement : étude comparative sur la migration des jeunes adultes dans les métropoles de Montréal (QC-Canada) et Porto Alegre (RS-Brésil)

Les jeunes acteurs du développement : étude comparative sur la migration des jeunes adultes dans les métropoles de Montréal (QC-Canada) et Porto Alegre (RS-Brésil)

Les jeunes acteurs du développement : étude comparative sur la migration des jeunes adultes dans les métropoles de Montréal (QC-Canada) et Porto Alegre (RS-Brésil)s

| Ajouter

Référence bibliographique [10577]

Brandt, Grazielle. 2011. «Les jeunes acteurs du développement : étude comparative sur la migration des jeunes adultes dans les métropoles de Montréal (QC-Canada) et Porto Alegre (RS-Brésil)». Thèse de doctorat, Rimouski (Québec), Université du Québec à Rimouski, Département des sciences humaines.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre problématique centrale de recherche est de savoir s’il est possible, à partir d’une étude comparative sur la migration de jeunes qualifiés dans les métropoles de Montréal (QC) et de Porto Alegre (RS), d’en dégager une signification convergente qui dépasse les contingences locales.» (p. v)

Questions/Hypothèses :
«Nous formulons notre problème général de recherche ainsi: Est-il possible, à partir d’une étude comparative sur la migration de jeunes qualifiés dans les métropoles de Montréal et de Porto Alegre, d’en dégager une signification convergente qui dépasse les contingences locales? […] Dans nos problèmes spécifiques de recherche nous tenterons de répondre aux questions suivantes: Que signifie concrètement vivre en métropole? Comment perçoivent-ils la métropole? […] Les problèmes d’intégration des jeunes qualifiés et leur difficulté à se forger une identité urbaine peuvent-ils être considérés comme étant la conséquence des différences (socioculturelles et socio-économiques) selon le lieu d’origine des jeunes migrants? Comment l’appartenance régionale influence-t-elle leur manière de migrer? Les représentations territoriales des jeunes migrants concernant la métropole varient-elles selon le type de région d’origine?» (p. 76-78)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon total comprend 23 hommes et 17 femmes. Près de la moitié (47,50%) sont âgés de 30 à 34 ans. Les 25-29 ans représentent 42,5 % de l’échantillon et les 20-24 ans en forment 10 %.» (p. 157)

Instruments :
- Questionnaire
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les résultats démontrent que pour ce qui est du «[…] projet migratoire, […] il peut varier selon les caractéristiques individuelles de chaque migrant (cycle de vie, contexte socioéconomique personnel, valeurs familiales et comportements individuels). Nous notons que le sentiment d’appartenance est différencié et révèle des contours propres chez les jeunes Brésiliens et Québécois. Cela devient particulièrement évident si l’on considère la région d’origine de ces jeunes. Nous observons à partir des témoignages recueillis que l’appartenance régionale influence le rapport des jeunes avec le milieu métropolitain. […] L’analyse donne à penser que les motifs de départ sont semblables chez les jeunes migrants brésiliens et québécois, mais que les possibilités de retour sont différenciées. […] L’analyse des témoignages souligne que les jeunes Brésiliens se montrent inquiets et réfléchissent à l’avenir de leur région d’origine, mais qu’ils ne sont pas très disposés à s’investir dans leur région. Dans le cas des jeunes migrants québécois qui ont l’intention de revenir dans leur milieu d’origine après avoir vécu à Montréal, les aspects économiques cessent d’être les plus importants. […] Les préoccupations relatives à la situation économique sont présentes, mais sont reléguées au second plan, derrière, entre autres, la recherche d’une meilleure qualité de vie, la tranquillité et la proximité de la famille.» (p. 314)