La construction de l’espace relationnel chez l’enfant de 5 à 10 ans en lien avec l’ordinateur

La construction de l’espace relationnel chez l’enfant de 5 à 10 ans en lien avec l’ordinateur

La construction de l’espace relationnel chez l’enfant de 5 à 10 ans en lien avec l’ordinateur

La construction de l’espace relationnel chez l’enfant de 5 à 10 ans en lien avec l’ordinateurs

| Ajouter

Référence bibliographique [10550]

Schick, Catherine. 2011. «La construction de l’espace relationnel chez l’enfant de 5 à 10 ans en lien avec l’ordinateur». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de communication.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire tente de comprendre comment l’enfant en bas âge construit son espace relationnel en lien avec l’ordinateur, en s’inspirant de la nouvelle sociologie de l’enfance qui reconnaît celui-ci comme un acteur socialement compétent ayant un pouvoir de création.» (p. i)

Questions/Hypothèses :
«[C]omment les enfants en bas âge appréhendent-ils leurs relations et créent-ils l’espace relationnel au sein de leur entourage, et ce, à travers l’appropriation qu’ils font de l’ordinateur?» (p. 33)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dans le but de faire mes entrevues, j’ai sélectionné sept participant(e)s qui répondaient aux critères de base, c’est-à-dire être âgé de cinq à 10 ans et avoir accès à l’ordinateur familial.» (p. 53) Afin d’aider les jeunes participants à s’exprimer, l’approche du collage et de la photographie ont été utilisées.

Instruments :
Guide d’entrevue semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«[I]l semble que [les enfants] peuplent leur espace relationnel en attribuant des rôles à ceux qui les entourent (joueur, travailleur, enseignant, apprenant, etc.). Poussant un peu plus loin ma réflexion, trois dimensions se sont démarquées, venant agir comme liants des multiples trajectoires (Massey, 2005) qui coïncident et, par conséquent, forment l’espace relationnel de l’enfant: l’inconciliabilité, l’émancipation et l’affectivité.» (p. i) «Dans la société d’aujourd’hui, l’importance pour le parent de performer au niveau professionnel et les possibilités de travail à distance, rendues possibles grâce aux nouvelles technologies, ont changé la dynamique familiale.[...] Cette nouvelle gestion du temps a des conséquences sur l’organisation de la vie familiale, ce qui se reflète dans le discours de l’enfant qui parle clairement de l’absence du parent, […] au niveau de l’attention qu’il lui porte et l’incapacité qu’il a à le rejoindre dans son univers de jeu. [I]l semble donc que cette absence, […] soit un élément possible d’une utilisation davantage solitaire de l’ordinateur par l’enfant». (p. 117-118)