La conciliation emploi-famille/vie personnelle : son incidence sur le parcours professionnel et la rétention de la main d’œuvre dans la santé

La conciliation emploi-famille/vie personnelle : son incidence sur le parcours professionnel et la rétention de la main d’œuvre dans la santé

La conciliation emploi-famille/vie personnelle : son incidence sur le parcours professionnel et la rétention de la main d’œuvre dans la santé

La conciliation emploi-famille/vie personnelle : son incidence sur le parcours professionnel et la rétention de la main d’œuvre dans la santés

| Ajouter

Référence bibliographique [10531]

Lazzari, Nadia. 2012. «La conciliation emploi-famille/vie personnelle : son incidence sur le parcours professionnel et la rétention de la main d’œuvre dans la santé». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, École des sciences de la gestion.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre recherche vise à comprendre les stratégies individuelles face à la carrière et à la vie familiale/personnelle, ainsi que les pratiques de gestion des ressources humaines qui permettent d’attirer et de retenir la main d’œuvre dans le domaine de la santé, ceci en regard de la gestion des temps de travail et des temps sociaux, et afin de compléter ou de nuancer les théories sur les carrières, auxquelles nous nous intéressons sur le plan théorique.» (p. 69)

Questions/Hypothèses :
Les questions de recherche sont les suivantes: «1. Quelles sont les facteurs qui expliquent les difficultés que vivent les salariés pour concilier leur emploi et leur vie familiale-personnelle, et observe-t-on des différences selon l’âge et le genre? Quel lien peut-on établir entre ces difficultés et les possibilités de rétention de la main-d’œuvre actuelle et d’attraction d’autres personnes? 2. Quelles sont les pratiques de gestion des ressources humaines mises en œuvre dans les organisations pour retenir la main-d’œuvre, en particulier les mesures touchant la conciliation entre vie personnelle et professionnelle […]? 3. Comment ces pratiques de GRH [Gestion de ressources humaines] peuvent-elles influer sur l’engagement […], sur la motivation, la performance, l’attraction et la rétention de main-d’œuvre? 4. Enfin, sur le plan théorique, est-ce que ces divers aspects n’ont pas été négligés dans les théories sur les carrières?» (p. 70-71)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[N]ous avons rencontré trois catégories différentes de personnel de la santé soit: la catégorie des paramédics [n=15], celle des infirmières [n=18] ainsi que celle des professionnels de la santé (ergothérapeutes, physiothérapeutes, kinésiologues, psychologues) [n=12]. Nous avons également rencontré quelques directeurs de ressources humaines [n=5] et représentants des syndicats [n=4] dans certains établissements afin de mieux comprendre le contexte.» (p. 73)

Instruments :
Guides d’entrevue non-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«En réponse à notre première question de recherche, nous avons constaté que pour les trois catégories socioprofessionnelles les difficultés de conciliation sont surtout dues à la surcharge de travail, aux horaires atypiques, à l’imprévisibilité des horaires ainsi qu’à un manque de flexibilité dans les horaires concernant les infirmières et les paramédics. [Conçernant notre seconde question de recherche,] [n]ous avons vu que les employeurs offrent essentiellement le travail à temps partiel, très utilisé par les femmes des trois groupes suite à la naissance des enfants, la semaine comprimée en quatre jours (professionnels de réadaptation), la flexibilité des horaires plus soutenue pour le groupe des professionnels de réadaptation que pour celui des infirmières. En fin de carrière, la retraite progressive permet aux infirmières de se désengager temporellement pour pouvoir poursuivre leur carrière et concilier la sphère professionnelle et familiale. Concernant notre troisième question, sur l’effet des pratiques de GRH […], nous avons noté que concernant les professionnels de réadaptation, les pratiques de semaine de travail comprimée en quatre jours, de flexibilité des horaires, et de congés différés sont très intéressantes.» (p. vii)