La rencontre des savoirs à Uashat Mak Mani Utenam : regards des intervenants sociaux innus sur leur pratique

La rencontre des savoirs à Uashat Mak Mani Utenam : regards des intervenants sociaux innus sur leur pratique

La rencontre des savoirs à Uashat Mak Mani Utenam : regards des intervenants sociaux innus sur leur pratique

La rencontre des savoirs à Uashat Mak Mani Utenam : regards des intervenants sociaux innus sur leur pratiques

| Ajouter

Référence bibliographique [10459]

Guay, Christiane. 2010. «La rencontre des savoirs à Uashat Mak Mani Utenam : regards des intervenants sociaux innus sur leur pratique». Thèse de doctorat, Gatineau, (Québec), Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[N]otre projet vise à décrire et comprendre la manière unique et originale par laquelle des intervenants innus de la communauté d’Uashat mak Mani Uteman affirment une pratique d’intervention sociale compatible avec leurs valeurs et leurs traditions.» (p. x)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[N]otre recherche a uniquement porté sur un groupe autochtone en particulier, soit les Innus de la Côte-Nord, et plus spécifiquement ceux de la communauté d’Uashat mak Mani Uteman. [...] Les données de notre recherche proviennent principalement de huit entretiens réalisés auprès de sept intervenants sociaux innus.» (p. 118-119)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Le point de départ de la présente thèse est une préoccupation pour la question de la reconnaissance du savoir autochtone et la manière de l’appréhender au sein du travail social, notamment dans le contexte culturel des communautés autochtones.» (p. x) Il est entre autres question du travail en protection de l’enfance et du manque d’adaptation de la Loi sur la protection de la jeunesse au contexte des communautés autochtones. Les intervenants interrogés évoquent en effet que «[l]a LPJ [Loi sur la protection de la jeunesse] est centrée sur l’enfant qui a un besoin de protection alors que pour [eux], l’intervention devrait être davantage centrée sur la famille au sens large afin que celle-ci soit mise à contribution dans la recherche de solutions. Pour les répondants, l’importance de préserver les liens familiaux est une dimension incontournable de l’intervention» (p. 415-416).