Parent-Youth Associations of Physical Activity and the Influence of Family and Neighbourhood Social Factors

Parent-Youth Associations of Physical Activity and the Influence of Family and Neighbourhood Social Factors

Parent-Youth Associations of Physical Activity and the Influence of Family and Neighbourhood Social Factors

Parent-Youth Associations of Physical Activity and the Influence of Family and Neighbourhood Social Factorss

| Ajouter

Référence bibliographique [10392]

Gandhi, Sima. 2011. «Parent-Youth Associations of Physical Activity and the Influence of Family and Neighbourhood Social Factors». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de médecine sociale et préventive.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur vise à «[e]xaminer le lien entre la participation des parents aux activités physiques (AP) de leur enfant et les habitudes de vie et le statut pondéral de ces derniers.» (p. iv)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données proviennent de l’Enquête Sociale et Santé des Enfants et des Adolescent Québécois (1999), comprenant des échantillons représentatifs de jeunes de 9, 13 et 16 ans (n=2511).» (p. iv)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé

:
Ce mémoire aborde les conditions familiales en lien avec les activités physiques, les habitudes de vie des enfants et leur statut pondéral. Les résultats de cette analyse démontrent que «[lo]rsque les deux parents participent aux AP du jeune, le niveau d’AP des adolescents de 13 (OR 3.89, IC 95%: 1.85-8.18) et 16 ans (OR 3.45, IC 95%: 1.32- 9.01) est davantage élevé, et le temps d’écran moindre (OR 2.36, IC 95%: 1.30-4.25) chez ceux de 13 ans. Des analyses secondaires montrent que le lien entre l’implication des parents et le niveau d’AP des jeunes est présent chez les familles biparentales seulement; le lien avec le temps d’écran est présent dans les quartiers sécuritaires seulement. Aucune association n’est observée pour le statut pondéral. […] Les stratégies de promotion de la santé ciblant la participation des parents aux AP de leurs enfants pourraient réduire le fardeau des maladies chroniques, étant donné l’association favorable entre leur implication et les habitudes de vie des jeunes.» (p. iv)