La mobilisation des connaissances en protection de l’enfance

La mobilisation des connaissances en protection de l’enfance

La mobilisation des connaissances en protection de l’enfance

La mobilisation des connaissances en protection de l’enfances

| Ajouter

Référence bibliographique [1034]

Trocmé, Nico, Thomson, Wendy, Esposito, Tonino, Laurendeau, Claude et Milne, Lise. 2009. «La mobilisation des connaissances en protection de l’enfance ». Criminologie, vol. 42, no 1, p. 33-59.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent article examine des modèles émergents de mobilisation des connaissances conçus spécifiquement pour soutenir une utilisation plus systématique de la recherche dans les services sociaux et le développement d’initiatives de recherche suscitées par la pratique et les politiques (’practice and policy-driven demands for research’) et qui portent sur l’efficacité des programmes d’intervention et de prévention.» (p.35)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«La protection de l’enfance est l’un des secteurs de services qui se développent le plus rapidement au Canada. Cependant, nous en savons étonnamment peu sur l’efficacité des services offerts aux enfants maltraités et négligés. Cet article examine de nouveaux modèles de mobilisation des connaissances conçus pour soutenir l’utilisation plus systématique de la recherche dans les services sociaux. Nous commençons par discuter des limites des modèles traditionnels de diffusion des connaissances. Ensuite, nous considérons certaines des recherches qui ont été faites sur les obstacles et les facteurs facilitant l’utilisation de la recherche en santé, en éducation et dans les services sociaux. Enfin, nous présentons un modèle de mobilisation des connaissances qui est mis à l’essai et évalué dans un organisme de protection de l’enfance au Québec, décrivons les processus locaux utilisés pour affiner les six indicateurs de résultats (récurrence de la maltraitance, retards scolaires, taux de placement, déplacements d’une ressource à une autre, durée des soins et participation d’un tribunal) et concluons en présentant un exemple d’un des indicateurs retenus.» (pp.33-34)