Nunavik : rapport de suivi des recommandations de l’enquête portant sur les services de protection de la jeunesse dans la baie d’Ungava et la baie d’Hudson

Nunavik : rapport de suivi des recommandations de l’enquête portant sur les services de protection de la jeunesse dans la baie d’Ungava et la baie d’Hudson

Nunavik : rapport de suivi des recommandations de l’enquête portant sur les services de protection de la jeunesse dans la baie d’Ungava et la baie d’Hudson

Nunavik : rapport de suivi des recommandations de l’enquête portant sur les services de protection de la jeunesse dans la baie d’Ungava et la baie d’Hudsons

| Ajouter

Référence bibliographique [10289]

Sirois, Louise. 2010. Nunavik : rapport de suivi des recommandations de l’enquête portant sur les services de protection de la jeunesse dans la baie d’Ungava et la baie d’Hudson. Québec: Gouvernement du Québec, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent rapport permettra à la Commission [des droits de la personnes et des droits de la jeunesse] de rendre compte de chacune des 21 recommandations qu’elle avait formulées [dans son rapport de 2007].» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Plusieurs entrevues ont eu lieux avec des intervenants en protection de la jeunesse entre 2007 et 2010.

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon l’auteure, «[…] les problèmes sociaux sont toujours présents et la détresse continue d’avoir des conséquences significatives sur les enfants, alors que plus d’un enfant sur cinq, âgé de moins de cinq ans, est signalé pour négligence. Le nombre de suicides n’a pas chuté et la criminalité est en hausse. En outre, la consommation de drogue et d’alcool demeure une des principales causes de placements des enfants en urgence comme nous l’avons observé à la baie d’Hudson l’été dernier. Le surpeuplement dans les logements représente un problème majeur qui exacerbe les problèmes sociaux. […] Tout en reconnaissant l’ampleur des efforts et des changements organisationnels observés au cours des dernières années, la Commission insiste sur la fragilité de leurs résultats et leur précarité. La Commission n’insistera jamais assez pour que la mobilisation des organisations soit axée autour des enfants et elle recommande qu’elles ne perdent pas de vue la protection des enfants au profit des intérêts institutionnels. […] Les services sociaux y compris ceux de prévention seront ainsi orientés vers les besoins des mères, des parents qui, au premier chef, sont responsables des enfants et qui ont un rôle déterminant dans la mise en œuvre des solutions.» (p. 55-56)