Facteurs de risque aux infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes Québécois d’origine haïtienne : étude exploratoire

Facteurs de risque aux infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes Québécois d’origine haïtienne : étude exploratoire

Facteurs de risque aux infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes Québécois d’origine haïtienne : étude exploratoire

Facteurs de risque aux infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes Québécois d’origine haïtienne : étude exploratoires

| Ajouter

Référence bibliographique [10253]

Beaulieu, Marianne, Lebounga Vouma, Jenny Ingrid et Adrien, Alix. 2011. Facteurs de risque aux infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes Québécois d’origine haïtienne : étude exploratoire. Montréal: Gouvernement du Québec, Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Les jeunes Québécois d’origine haïtienne (JQOH) sont vulnérables aux ITSS. Ce rapport présente les résultats d’une étude qualitative réalisée de mai à octobre 2008 et qui avait pour objectif de mieux comprendre les relations entre la prise de risque sexuel chez les JQOH, les rôles de genre et les normes socioculturelles.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«De mai à octobre 2008, une étude qualitative a été réalisée auprès de 15 garçons et 15 filles [de Montréal], âgés entre 15 et 25 ans, né(e)s en Haïti ou dont l’un des parents est né en Haïti.» (p. 7)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon les auteurs, «[c]ette étude qualitative a dressé un portrait des expériences sexuelles et relationnelles de JQOH vulnérables vivant dans la région de Montréal. Cette recherche a permis d’améliorer la compréhension des facteurs de risque qui rendent les JQOH vulnérables aux ITSS. Les témoignages de ces jeunes révèlent que les rôles de genre, les groupes sociaux, les croyances et attitudes, certains facteurs contextuels et la religion sont autant de facteurs qui influencent leur prise de risque aux ITSS. La valorisation de la domination chez les hommes et de la soumission chez les femmes semblent avoir une influence importante sur la prise de risque des JQOH rencontrés augmentant la vulnérabilité, particulièrement celle des filles. Plusieurs groupes sociaux apparaissent jouer un rôle dans la prise de risque du jeune. La famille, à travers le modèle parental peu positif et le tabou sexuel semblent augmenter le risque du jeune. Quant aux attitudes et croyances, il est probable que la recherche du plaisir soit un obstacle important à l’utilisation du condom chez les JQOH rencontrés. À ces croyances et attitudes, le contexte dans lequel se déroule la relation sexuelle peut grandement influencer la prise de risque. De plus, la consommation de substances apparaît être un élément favorisant la plus grande prise de risque chez ces jeunes.» (p. 39)