Regard sur les autres, regard sur soi : les journaux-lettres d’Anne-Marie Palardy, 1907-1923

Regard sur les autres, regard sur soi : les journaux-lettres d’Anne-Marie Palardy, 1907-1923

Regard sur les autres, regard sur soi : les journaux-lettres d’Anne-Marie Palardy, 1907-1923

Regard sur les autres, regard sur soi : les journaux-lettres d’Anne-Marie Palardy, 1907-1923s

| Ajouter

Référence bibliographique [10200]

Lavenir, Catherine Bertho. 2011. «Regard sur les autres, regard sur soi : les journaux-lettres d’Anne-Marie Palardy, 1907-1923 ». Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, no 3, p. 34-47.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous nous intéresserons tout spécialement, dans les pages qui suivent, aux journaux de voyage adressés, sous forme de lettres, par Anne-Marie Palardy à sa famille et à ses enfants lors des voyages en Europe qu’elle effectue entre 1907 et 1923.» (p. 35)

Questions/Hypothèses :
L’auteure formule l’hypothèse suivante : «[p]assant son expérience vécue au crible de son jugement, Anne-Marie Palardy réaffirme en effet, en permanence, ce qui lui semble être l’essence de son identité canadienne-française, et elle veille à en assurer la transmission.» (p. 36)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteure utilise des sources premières du Centre d’archives du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il s’agit de «[…] journaux de voyage adressés, sous forme de lettres, par Anne-Marie Palardy à sa famille et à ses enfants […].» (p. 35) À noter que l’auteure utilise «[s]ept de ces journaux […] couvrant les voyages de 1907, 1909-1910, 1913, 1914, 1920 (un voyage en janvier et un autre en novembre) et 1923.» (p. 35)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


Dans cet article, «[n]ous considérerons dans un premier temps les procédés d’écriture qui inscrivent ces journaux-lettres dans le genre déjà codifié des journaux de voyage tout en leur conférant une tonalité singulière. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à leur dimension épistolaire. Leur protocole de lecture, en effet, nous renseigne sur la définition des contours de la famille tandis que leur contenu met en tension les figures de la mère idéale, de l’épouse et de la femme. Nous considérerons enfin la dimension diaristique de ces textes, marqués par une vision réflexive et critique des modes de vie contemporains qui débouche sur un désir de transmission de valeurs.» (p. 36) Cette recherche est pertinente pour Famili@ puisque les sources premières utilisées «[…] permettent en effet de comprendre comment les écrits de l’intime contribuent, au début du XXe siècle, à la construction non seulement d’une identité individuelle mais aussi d’une culture familiale dans le milieu très particulier de la grande bourgeoisie industrielle du Saguenay.» (p. 35) Finalement, «[c]e qui fait l’intérêt des écrits d’Anne-Marie Palardy, c’est qu’ils permettent de voir, dans le cas particulier de la grande bourgeoisie industrielle du Québec, comment, à travers mille interactions, se construit et se transmet une expérience originale de la modernité. Le contrôle de la circulation de l’écrit au sein du cercle familial permet de s’y exprimer librement; dès lors, la famille se révèle à la fois un vecteur puissant de transmission d’un modèle social et le laboratoire de sa relative modernisation.» (p. 46)