Caractéristiques des élèves de maternelle ne progressant pas malgré leur participation à un programme de prévention des difficultés d’apprentissage de la lecture

Caractéristiques des élèves de maternelle ne progressant pas malgré leur participation à un programme de prévention des difficultés d’apprentissage de la lecture

Caractéristiques des élèves de maternelle ne progressant pas malgré leur participation à un programme de prévention des difficultés d’apprentissage de la lecture

Caractéristiques des élèves de maternelle ne progressant pas malgré leur participation à un programme de prévention des difficultés d’apprentissage de la lectures

| Ajouter

Référence bibliographique [10149]

Campeau, Marie-Ève. 2011. «Caractéristiques des élèves de maternelle ne progressant pas malgré leur participation à un programme de prévention des difficultés d’apprentissage de la lecture». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département d’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire a pour objectif de décrire les caractéristiques des élèves de maternelle qui ne répondent pas aux interventions d’un programme de lecture implanté par des enseignantes au Québec.» (p. viii)

Questions/Hypothèses :
«Quelles sont les caractéristiques des élèves ne progressant pas malgré qu’ils aient bénéficié d’un enseignement efficace de la lecture?» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Quatre classes de maternelle totalisant 105 élèves ont participé à l’implantation du programme La forêt de l’alphabet. Ces classes sont situées dans des secteurs plurilingues et vulnérables de l’ouest de l’Île de Montréal.» (p. viii)

Instruments :
«Trois instruments de mesures ont été utilisés dont deux au prétest et au posttest, soit un test de dénomination rapide des lettres et un test de connaissance du nom et du son des lettres. Le troisième instrument de mesure est un questionnaire sociodémographique destiné aux familles des élèves, administré l’année suivante, alors que les élèves étaient en première année.» (p. viii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Selon l’auteure, «[v]ingt-quatre élèves, soit 23 % des participants, ont été identifiés non-répondants à la fin de l’intervention. Un test t a été utilisé afin de comparer les caractéristiques des répondants et des non-répondants. Relativement à leurs connaissances alphabétiques, les non-répondants obtiennent de plus faibles scores en dénomination rapide et connaissent moins le nom et le son des lettres que les élèves répondants. En ce qui concerne les caractéristiques sociodémographiques, aucune différence significative n’a été observée entre les répondants et les non-répondants quant au nombre d’années de scolarité de la mère, au revenu familial, à la langue maternelle et à la langue parlée à la maison. Selon les résultats de cette étude, les élèves non-répondants à l’intervention débutent leur maternelle avec de plus faibles connaissances alphabétiques que les élèves répondants aux interventions. De plus, l’examen des résultats relatifs à la langue parlée à la maison laisse présager que la langue couramment utilisée par la famille peut influencer les premiers apprentissages de la lecture des jeunes élèves. Les élèves dont la famille parle français sont davantage exposés à cette langue que les familles parlant une autre langue à la maison, ce qui facilite certainement son apprentissage.» (p. viii-ix) À noter que le revenu, le milieu familial et le niveau d’éducation de la mère participent au niveau d’alphabétisation des enfants.