La réussite scolaire des jeunes de première et deuxième générations au secteur français du secondaire québécois

La réussite scolaire des jeunes de première et deuxième générations au secteur français du secondaire québécois

La réussite scolaire des jeunes de première et deuxième générations au secteur français du secondaire québécois

La réussite scolaire des jeunes de première et deuxième générations au secteur français du secondaire québécoiss

| Ajouter

Référence bibliographique [10147]

Ledent, Jacques, Murdoch, Jake et Mc Andrew, Marie. 2011. «La réussite scolaire des jeunes de première et deuxième générations au secteur français du secondaire québécois ». Thèmes canadiens / Canadian Issues, no Hiver 2011, p. 15-22.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente les principaux résultats d’une étude récente sur la réussite scolaire des élèves de 1re et 2e générations qui fréquentent le secteur français du secondaire québécois.» (p. 15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Nous nous sommes appuyés sur diverses données présentes dans les banques du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) […].» (p. 16)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Selon les auteurs, «[s]i globalement les élèves de 1re et 2e générations (groupe cible) diplôment moins souvent que les élèves de 3e génération ou plus (groupe de comparaison), ils ont cependant une propension à diplômer significativement plus élevée si l’on tient compte des différences de caractéristiques individuelles et contextuelles des élèves des deux groupes. Cependant, ce dernier résultat masque des écarts importants selon l’origine géographique des élèves du groupe cible. Les facteurs qui influencent la diplomation des élèves du groupe cible de la manière la plus marquée sont liés au processus de scolarisation (retard à l’arrivée et retard supplémentaire en secondaire 3). Toutefois, trois caractéristiques sociodémographiques et linguistiques (le genre féminin ou le fait d’être une fille, le statut socioéconomique familial favorable et le fait d’avoir une langue maternelle et d’usage autre que le français), ainsi que deux caractéristiques liées aux écoles (fréquentation d’une école privée et fréquentation d’une école publique de l’île de Montréal) jouent également un rôle significatif. Les facteurs influençant la réussite scolaire des élèves du groupe de comparaison sont, à quelques exceptions près, similaires.» (p. 15) Selon les auteurs, les valeurs familiales et les conditions socio-économiques des familles sont des facteurs ayant des répercussions sur le niveau d’éducation.