Modélisation d’un métier du lien social dans le cadre d’un programme d’intervention nutritionnelle en contexte scolaire défavorisé

Modélisation d’un métier du lien social dans le cadre d’un programme d’intervention nutritionnelle en contexte scolaire défavorisé

Modélisation d’un métier du lien social dans le cadre d’un programme d’intervention nutritionnelle en contexte scolaire défavorisé

Modélisation d’un métier du lien social dans le cadre d’un programme d’intervention nutritionnelle en contexte scolaire défavorisés

| Ajouter

Référence bibliographique [10141]

Couturier, Yves, Potvin, Louise, Lortie, Maude, Etheride, Francis, Lantagne, Isabelle, Lacasse-Bédard, Joanie et Bédard, Johanne. 2010. «Modélisation d’un métier du lien social dans le cadre d’un programme d’intervention nutritionnelle en contexte scolaire défavorisé ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 22, no 2, p. 145-158.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article porte sur le volet social d’une intervention nutritionnelle à base scolaire expérimentée à Montréal par les Ateliers cinq épices et réalisée par des acteurs dénommés dans ce contexte agents de développement social (ADS). [...] Dans cet article, nous avons l’intention d’étudier l’agencement spécifique des sources conceptuelles de ce travail de définition afin d’éclairer, à partir de ce point de vue particulier, l’émergence généralisée dans l’espace scolaire de ces nouveaux métiers du lien social.» (146-147)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
23 «[…] acteurs clefs, dont les ADS mêmes [agents de développement social; n = 2], des gestionnaires et des partenaires de l’organisation.» (p. 151)

Instruments :
- Grille d’observation
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les auteurs concluent que «[l]a schématisation présentée ici illustre l’extraordinaire dispersion des activités des ADS. L’un des facteurs expliquant cette configuration est probablement la surreprésentation d’acteurs dont l’intérêt premier réside dans une approche de type intervention socioéducative proche du monde scolaire résistant aux intrusions externes. Certes, tous participent au projet d’un accroissement de la participation sociale de parents comme condition favorable à la réussite scolaire. Mais la tentation est grande de se replier sur la seule habilitation scolaire, plus immédiate aux besoins de l’école et plus proche d’une intervention nutritionnelle dont on peut mesurer les effets à court terme. Cette dispersion crée une importante zone de clair-obscur. Dans la lumière se trouve une action qui participe du mouvement d’intervention socioéducative en appui sur le travail des nutritionnistes. Elle se réalise par des stratégies d’animation sociale dans un mode proximal aux parents à travers une action de soutien concret aux nutritionnistes et des activités banales (p. ex. lavage de la vaisselle) ou ludiques (p. ex. sorties). Cette part de lumière (région sud-est de la modélisation) converge avec les priorités des Ateliers cinq-épices et celles de l’école.» (p. 156) À noter que le modèle d’activité de développement social étudié dans cet article implique la collaboration des parents. La mobilisation des parents est essentielle au prolongement à la maison des biens-faits de ces interventions socioéducatives sur la nutrition.