Les parcours d’insertion professionnelle des femmes immigrantes qualifiées à Québec : leurs perceptions de leur réalité. Étude exploratoire et descriptive

Les parcours d’insertion professionnelle des femmes immigrantes qualifiées à Québec : leurs perceptions de leur réalité. Étude exploratoire et descriptive

Les parcours d’insertion professionnelle des femmes immigrantes qualifiées à Québec : leurs perceptions de leur réalité. Étude exploratoire et descriptive

Les parcours d’insertion professionnelle des femmes immigrantes qualifiées à Québec : leurs perceptions de leur réalité. Étude exploratoire et descriptives

| Ajouter

Référence bibliographique [10085]

Giroux, Isabelle. 2011. «Les parcours d’insertion professionnelle des femmes immigrantes qualifiées à Québec : leurs perceptions de leur réalité. Étude exploratoire et descriptive». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude a pour objectif principal de rendre compte des perceptions qu’ont les femmes immigrantes qualifiées de leurs propres expériences d’insertion professionnelle à Québec.» (p. 40)

Questions/Hypothèses :
«[C]omment les femmes immigrantes qualifiées qui ont étudié à l’étranger et qui vivent à Québec perçoivent-elles leurs parcours d’insertion professionnelle?» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La population visée par le projet de recherche est constituée des femmes immigrantes qui sont installées dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec […] et qui ont obtenu au moins un diplôme universitaire à l’extérieur du Canada.» (p. 58) L’échantillon final comprend douze femmes immigrantes.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon l’auteure, «[l]es femmes ont une perception généralement positive de leur propre expérience d’insertion. Leurs attentes et leurs ambitions prémigratoires ont certes été déçues, mais ce n’est pas de façon négative qu’elles disent avoir réorganisé leurs parcours, malgré le déclassement et la déqualification. Après la migration, une majorité de ces femmes ne se perçoivent pas axées sur la carrière, mais engagées avec détermination dans un processus de reconstruction identitaire. Les moyens et les stratégies d’insertion et de requalification qu’elles utilisent leur permettent d’atteindre leurs nouveaux objectifs professionnels. Il est possible d’affirmer que ce serait les études au Québec et les stages en milieu de travail qui leur permettraient d’accéder à la requalification. [...] La présence, en elles, de ressources intérieures proactives et la présence, autour d’elles, d’une famille, font partie des éléments qui leur permettent de retirer une satisfaction de leur situation, malgré tout.» (p. ii) À noter que cette recherche peut intéresser le chercheur sur la famille, puisque la relation des femmes immigrantes avec leur famille est un facteur important de la perception de leur intégration. En effet, les femmes qui n’atteignent pas leur objectif professionnel s’en remettre à l’harmonie familiale pour expliquer positivement leur intégration. Toutefois, l’auteure soulève que les obligations familiales, la composition et la dynamique de certaines familles influencent souvent négativement la conciliation travail-famille et nuit ainsi à l’intégration profesionnelle.