L’effet des prélèvement fiscaux et des transferts aux particuliers sur la pauvreté au Québec et au Canada

L’effet des prélèvement fiscaux et des transferts aux particuliers sur la pauvreté au Québec et au Canada

L’effet des prélèvement fiscaux et des transferts aux particuliers sur la pauvreté au Québec et au Canada

L’effet des prélèvement fiscaux et des transferts aux particuliers sur la pauvreté au Québec et au Canadas

| Ajouter

Référence bibliographique [10062]

Bibi, Sami et Duclos, Jean-Yves. 2011. «L’effet des prélèvement fiscaux et des transferts aux particuliers sur la pauvreté au Québec et au Canada ». Analyse de politiques / Canadian Public Policy, vol. 37, no 1, p. 1-24.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans cet article, nous estimons la contribution des principales sources de revenu (positives ou négatives, comme le revenu du marché, les transferts aux particuliers, les impôts, les taxes, etc.) à la réduction de la pauvreté au Québec et au Canada.» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les auteurs utilisent des données provenant d’enquêtes gouvernementales ou de Statistique Canada sur les revenus par ménage et les programmes sociaux.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Selon les auteurs, «[l]es résultats révèlent d’une part que les programmes sociaux les plus généreux (comme les pensions de retraite) ne sont pas toujours les plus efficaces en matière de réduction de la pauvreté par dollar dépensé, et d’autre part que les mesures fiscales les moins généreuses (comme les prestations provinciales pour enfants) peuvent être parmi les plus efficaces en matière de réduction de la pauvreté par dollar dépensé. Par ailleurs, on constate que, en comparaison avec le reste du Canada, le Québec a des programmes sociaux plus généreux et plus efficaces en termes de réduction de la pauvreté, mais que, en contrepartie, la fiscalité y est plus lourde et plus coûteuse.» (p. 1-2) À noter que le revenu familial ainsi que les différentes structures des familles (monoparentales, nombre d’enfants, etc.) sont des facteurs étudiés. De plus, les auteurs présentent des comparaisons interprovinciales.