Le sens des sous pour résoudre la pauvreté

Le sens des sous pour résoudre la pauvreté

Le sens des sous pour résoudre la pauvreté

Le sens des sous pour résoudre la pauvretés

| Ajouter

Référence bibliographique [10057]

Conseil national du bien-être social. 2011. Le sens des sous pour résoudre la pauvreté. no 130. Ottawa: Gouvernement du Canada, Conseil national du bien-être social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce rapport vise «[…] à établir une vision plus claire, à concevoir des plans et des budgets plus efficaces, à améliorer la reddition de comptes aux Canadiens et Canadiennes et à réaliser des progrès en mesurant ce qui compte.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les auteurs utilisent des données documentaires diverses.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon les auteurs, «[l]es coûts et les conséquences de la pauvreté sont beaucoup plus importants que les dépenses directes effectuées à l’égard des programmes de lutte contre la pauvreté. […] La grande conclusion qui se dégage d’études menées au Canada et dans d’autres pays, c’est que le fait d’investir dans l’élimination de la pauvreté engendre moins de coûts que si on la laisse persister. […] Les Canadiens et Canadiennes dépensent le plus dans les domaines les moins productifs pour tenter de régler de coûteux problèmes liés à l’inégalité, à l’insécurité et à la pauvreté qui peuvent être empêchés. […] Plus les problèmes économiques et sociaux sont importants, moins les personnes, les familles, les collectivités ou les entreprises arrivent à répondre à leurs besoins; il y a donc plus de chances que le gouvernement doive s’en mêler – ce qui signifie que nous payons tous une facture plus salée. […] Une approche à long terme axée sur l’investissement favorise davantage le bien-être et le développement humains qu’une approche à court terme axée sur la dépense qui s’attache surtout aux coûts. […] Nous pourrions obtenir de meilleurs résultats sur le plan humain et financier en contribuant à une plus grande productivité et à un meilleur bien-être. […] Si nous pouvons renverser la vapeur, éviter de gros problèmes nécessitant des solutions beaucoup plus coûteuses et investir de façon beaucoup plus judicieuse, notre avenir peut s’avérer plus prometteur et plus durable.» (p.iv-vi) À noter que ce rapport traite de la précarité économique des familles défavorisées, plus particulièrement celle des mères monoparentales. Il présente aussi des statistiques sur le Québec et ses programmes d’aide.