Regards comparatifs sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : un poids significatif, des choix partiellement distinctifs

Regards comparatifs sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : un poids significatif, des choix partiellement distinctifs

Regards comparatifs sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : un poids significatif, des choix partiellement distinctifs

Regards comparatifs sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : un poids significatif, des choix partiellement distinctifss

| Ajouter

Référence bibliographique [10055]

Larocque, Florence. 2011. «Regards comparatifs sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale : un poids significatif, des choix partiellement distinctifs ». Politique et Sociétés, vol. 30, no 1, p. 117-137.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent article propose une analyse comparative sommaire de la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, encore peu étudiée en mode comparé, basée sur ces deux approches [explicative et qualificative].» (p. 117)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteure utilise des données documentaires diverses.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon l’auteure, «[…] l’analyse comparative des politiques sociales du Québec [particulièrement dans] le domaine […] de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, […] permet de l’évaluer à la lumière de trajectoires nationales réelles innovantes (ou non) […]. Les pays de l’Europe des 15 et les provinces canadiennes permettent de porter des regards complémentaires sur la stratégie québécoise de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. [L]es schémas explicatifs sont rarement simples et [...] il y a plusieurs types de facteurs à considérer, comme la littérature comparative explicative existante sur les politiques sociales québécoises l’a fait ressortir. D’un autre côté, en comparaison des stratégies de réduction de pauvreté récemment développées dans trois autres provinces […] et outre les similitudes observées avec celles-ci concernant le soutien aux enfants et aux travailleurs pauvres, il ressort de la stratégie québécoise son caractère certes moins inclusif par l’association de la notion de ‘pauvres méritants’ au travail […], mais aussi novateur par l’institutionnalisation de la participation des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale. […] En somme, ces deux regards comparatifs sont complémentaires, témoignant chacun à leur façon du fait que la stratégie québécoise n’était pas que factice. Cette stratégie s’est matérialisée par des mesures concrètes et a été orientée par les choix faits sur les aspects non unanimes de la lutte contre la pauvreté.» (p. 132) À noter que le soutien apporté aux familles, la conciliation travail-famille et les autres politiques familiales sont au cœur de l’évaluation de la pauvreté et de la précarité. Ces politiques, notamment au Québec, contribuent à diminuer la pauvreté, selon l’auteure.