Intégration socioculturelle dans le développement des régions : cas des enjeux socioculturels de l’immigration à Rimouski

Intégration socioculturelle dans le développement des régions : cas des enjeux socioculturels de l’immigration à Rimouski

Intégration socioculturelle dans le développement des régions : cas des enjeux socioculturels de l’immigration à Rimouski

Intégration socioculturelle dans le développement des régions : cas des enjeux socioculturels de l’immigration à Rimouskis

| Ajouter

Référence bibliographique [10023]

Lukusa, Achilles Kasonga. 2010. «Intégration socioculturelle dans le développement des régions : cas des enjeux socioculturels de l’immigration à Rimouski». Mémoire de maîtrise, Rimouski (Québec), Université du Québec à Rimouski, Département de développement régional.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous cherchons ici à comprendre les défis que vivent les immigrants des minorités visibles de la ville de Rimouski, plus particulièrement, les défis liés à leur adaptation sociale et culturelle.» (p. v)

Questions/Hypothèses :
L’auteur formule une question générale et deux questions spécifiques: «Dans quelles conditions se réalise l’intégration socioculturelle des immigrants de la minorité visible en région, plus particulièrement dans la ville de Rimouski? […] a) Quels sont les facteurs culturels qui favorisent l’intégration socioéconomique des immigrants dans la ville de Rimouski? b) Quelles sont les contraintes culturelles qui limitent l’intégration sociale, culturelle, et économique des immigrants à Rimouski?» (p.65)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La taille de notre échantillon de recherche (N= 25) forme près de 10 % du total de 260 immigrants [habitant à Rimouski] recensés par l’Institut de la Statistique du Québec pendant la période allant de1981 à 2001.» (p. 79)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Nous avons découvert que les nouveaux arrivants affichaient un taux élevé de préférence et de participation aux activités socioculturelles et familiales et cette tendance trouvait des explications à partir du construit culturel ou identitaire de notre population de recherche. […] Nous avons également découvert que ce type d’activités ou d’événements communautaires favorisaient le maintien des différents réseaux sociaux développés par les immigrants pendant leur établissement et que la synergie de l’ensemble concourait à l’attachement de ces derniers à la ville. Le type d’accompagnement structurel constituait la plate-forme la plus populaire d’accueil et d’aide à l’intégration des nouveaux arrivants, l’exemple le plus pertinent étant le rôle de l’organisme-mère ‘Accueil et intégration Bas Saint-Laurent’. […] De plus, nous avons constaté le danger lié à l’exclusion ou à l’isolement social de la part des immigrantes issues du réseau parrain. Les familles immigrantes et les immigrantes constituent les enfants pauvres du développement social dans la ville de par les précarités qu’elles vivent. Dans la dernière partie de notre mémoire, nous énonçons le besoin lié à une meilleure connaissance de la situation des immigrants. Nous y réexaminons aussi, dans le domaine de la gestion, ainsi que du développement local (palier municipal), les différentes possibilités qui permettraient aux immigrants de participer pleinement au marché de l’emploi local, et d’avoir une meilleure image dans la sphère des activités publiques à Rimouski.» (p. v)