’Experimenting with What Will Become Our Traditions’: Adaptive Co-Management as a Bridge to an Atikamekw Nehirowisiw Post-Treaty World in Nitaskinan, Canada

’Experimenting with What Will Become Our Traditions’: Adaptive Co-Management as a Bridge to an Atikamekw Nehirowisiw Post-Treaty World in Nitaskinan, Canada

’Experimenting with What Will Become Our Traditions’: Adaptive Co-Management as a Bridge to an Atikamekw Nehirowisiw Post-Treaty World in Nitaskinan, Canada

’Experimenting with What Will Become Our Traditions’: Adaptive Co-Management as a Bridge to an Atikamekw Nehirowisiw Post-Treaty World in Nitaskinan, Canadas

| Ajouter

Référence bibliographique [10016]

Houde, Nicolas. 2011. «’Experimenting with What Will Become Our Traditions’: Adaptive Co-Management as a Bridge to an Atikamekw Nehirowisiw Post-Treaty World in Nitaskinan, Canada». Thèse de doctorat, Montréal, Université McGill, Département de géographie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«The thesis fulfills three objectives. It aims:
- To identify how adaptive co-management (ACM) is an improvement (or not) on existing treaties between Canadian First Nations and the state government. [...]
- To examine how the co-existence of different knowledge systems and cultural change can be addressed in an adaptive co-management process between First Nations and the state.
- To identify what preconditions would need to be met in order to build organisations for adaptive treaties in Canada.» (p. 26)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon utilisé pour cette recherche comprend 60 personnes (dont 14 femmes et 46 hommes) de Manawan, Opitciwan, et Wemotaci. Parmi ces répondants, 9 sont âgés de moins de 36 ans, 41 âgés entre 36 et 54 ans et 10 sont âgés de plus de 55 ans.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Cette thèse détermine si une approche de cogestion adaptative peut ou non résoudre quelques uns des problèmes actuellement rencontrés lors de négociations de traités entre premières nations du Canada et l‘état. […] Les résultats de recherche indiquent que la cogestion adaptative est une approche appropriée afin d‘en arriver à des traités qui sont plus près des besoins des premières nations en valorisant l‘apprentissage en continu et le renouvellement continuel d‘une relation de peuple-à-peuple. Cette approche se distingue des modèles actuels de traités, qui tendent à être statiques et bureaucratiques, se concentrant sur les aspects structuraux de la cogestion et l‘extinction des droits ancestraux. La recherche souligne qu‘une approche adaptative de la cogestion a un potentiel de catalyseur pour la revitalisation des cultures autochtones. Ceci est illustré par le processus de transformation des institutions de gouvernance territoriale ayant présentement cours chez les Atikamekw. La thèse démontre que les Atikamekw désirent construire un système décisionnel ancré dans le passé, centré sur le chef de territoire et la famille, mais tourné vers l’avenir, évolutif et différent de sa forme originale.» (p. 3)