L’accord conjugal en matière de fécondité et de planification familiale : une enquête au Québec

L’accord conjugal en matière de fécondité et de planification familiale : une enquête au Québec

L’accord conjugal en matière de fécondité et de planification familiale : une enquête au Québec

L’accord conjugal en matière de fécondité et de planification familiale : une enquête au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [9897]

Bisson, Antonio F. et Piché, Victor. 1981. «L’accord conjugal en matière de fécondité et de planification familiale : une enquête au Québec». Dans La sexualité au Québec : perspectives contemporaines , sous la dir. de Joseph Josy Lévy et Dupras, André, p. 351-362. Longueuil, Québec: Les Éditions IRIS.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Mettre à l’épreuve l’hypothèse fondamentale qu’il y a une corrélation très forte entre les réponses des femmes et celles des maris; les femmes sont plus souvent à domicile le jour et donc il est plus facile de les interviewer; et dans la mesure où elles investissent plus de temps dans les affaires familiales, elles peuvent fournir des informations plus complètes et plus utiles.

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
302 couples mariés pour la première fois

Instruments :
- Pour les femmes : Interview à domicile par un enquêteur
- Pour les hommes : Ils remplissent un questionnaire seul et le retournent par la poste.

Type de traitement des données :
Analyse descriptive

3. Résumé


Cette étude vise à mettre à l’épreuve le postulat à l’effet qu’il y ait une très forte corrélation entre les réponses des femmes et celles des maris en ce qui a trait à la famille. Les résultats démontrent que ce n’est pas toujours le cas. Les taux de discordance sont relativement élevés, la plupart du temps au-dessus de 40 %. Les couples discordants souhaitent des enfants et s’attendent en général à en avoir un peu plus que les couples concordants. Par contre, les couples discordants préfèrent des intervalles à peine un peu plus long que les concordants. Enfin, il semblerait que la source de discordance est due en grande partie au fait que la femme se sente plus impliquée que son mari dans la planification familiale.