Rapport du comité de travail du comité ministériel de la condition féminine sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite

Rapport du comité de travail du comité ministériel de la condition féminine sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite

Rapport du comité de travail du comité ministériel de la condition féminine sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite

Rapport du comité de travail du comité ministériel de la condition féminine sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaites

| Ajouter

Référence bibliographique [9630]

Québec. Comité de travail sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite. 1984. Rapport du comité de travail du comité ministériel de la condition féminine sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite. Québec: Comité de travail sur le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Évaluer l’application du programme de retrait préventif en regard de la situation générale des femmes au travail.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Représentations faites devant la commission parlementaire évaluant le fonctionnement et l’administration de la CSST.
- Rencontre avec les personnes intéressées à la question du retrait préventif.
- Analyse des statistiques produites par la CSST.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Le programme du Retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite nécessite certains correctifs. Une réforme globale des mesures est nécessaire pour en arriver à un programme général de maternité qui couvrirait toutes les travailleuses dans toutes les situations. Ceci remédierait au problème de certaines travailleuses dont les complications ne sont pas reliées au travail et uniformiserait les différents programmes non-équitables existants. Ces recommandations s’appuient sur deux principes de base, soit que la maternité et le travail sont deux réalités conciliables et qu’aucune femme ne devrait subir une perte financière parce qu’elle porte un enfant.