Se réinstaller après une relocalisation résidentielle involontaire : entre appréciation de son nouveau milieu et deuil de l’ancien

Se réinstaller après une relocalisation résidentielle involontaire : entre appréciation de son nouveau milieu et deuil de l’ancien

Se réinstaller après une relocalisation résidentielle involontaire : entre appréciation de son nouveau milieu et deuil de l’ancien

Se réinstaller après une relocalisation résidentielle involontaire : entre appréciation de son nouveau milieu et deuil de l’anciens

| Ajouter

Référence bibliographique [899]

Bresse, Marie-Pier, Fortin, Andrée et Després, Carole. 2010. «Se réinstaller après une relocalisation résidentielle involontaire : entre appréciation de son nouveau milieu et deuil de l’ancien ». Lien social et Politiques, no 63, p. 133-141.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous proposons dans le présent article une analyse de la réinstallation dans une nouvelle demeure à partir du discours des personnes sur leur expérience.» (p. 133-134)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de douze «[...] personnes qui ont fait l’expérience du processus d’acquisition de leur propriété et de la relocalisation résidentielle involontaire, dans le cadre du projet de réaménagement de la route 175 dans la municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury [au nord de Québec].» (p. 134)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Au Québec, dans les prochaines années, des centaines de personnes seront contraintes de quitter leur domicile pour faire place à des grands projets de toutes sortes. [L]es écrits scientifiques sur l’expérience des personnes vivant une relocalisation résidentielle involontaire (souvent appelée expropriation par les personnes concernées) sont peu nombreux.» (p. 133) Les auteures de cet article y exposent «[…] le processus d’acquisition d’immeubles à des fins publiques, afin de comprendre le contexte entourant la relocalisation résidentielle involontaire […], la réinstallation d’abord en montrant la nature de l’attachement à sa propriété chez les répondants, ensuite faisant état des impacts du processus d’acquisition et de la relocalisation, puis en présentant le processus de deuil vécu par plusieurs répondants, en traitant du choix d’une nouvelle demeure et de l’appréciation de celle-ci.» (p. 134) Enfin il est question dans cet article de «[…] l’âge et du rapport au chez-soi, qui influencent l’expérience de la réinstallation à la suite d’une relocalisation résidentielle involontaire.» (p. 134) Dans cette étude, parmi les ménages rencontrés, cinq sont des couples et quatre sont des familles avec enfants. Les conséquences des processus d’acquisition et de relocalisation sur les familles sont abordées dans cet article.