Profil sociodémographique des familles ayant des enfants de 6 à 15 ans

Profil sociodémographique des familles ayant des enfants de 6 à 15 ans

Profil sociodémographique des familles ayant des enfants de 6 à 15 ans

Profil sociodémographique des familles ayant des enfants de 6 à 15 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [8821]

Québec. Direction de la recherche du ministère de l’Éducation. 1990. Profil sociodémographique des familles ayant des enfants de 6 à 15 ans. Québec: Gouvernement du Québec, ministère de l’Éducation, Direction de la recherche, Institut québécois de recherche sur la culture.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Décrire la situation des familles des enfants de 6 à 15 ans au Québec à partir des variables suivantes :
- la structure de la famille;
- la composition de la famille;
- l’âge des parents;
- la scolarité des parents;
- l’activité des parents;
- le revenu familial;
- la langue maternelle et la langue parlée à la maison;
- l’immigration;
- les régions de résidence;
- la mobilité des parents;
- le mode d’occupation du logement.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Recencement de 1986 et Enquête sur les finances des consommateurs de 1987 (microdonnées ’Familles de recencement -revenu de 1986’ de Statistique Canada

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La présente analyse a permis de constater qu’il y a eu une certaine évolution de la famille sur la courte période étudiée (1981-1986) et de brosser un portrait du milieu familial des élèves du primaire et d’une partie du secondaire. [...] On constate donc que la famille traditionnelle perd du terrain puisque au total, un enfant sur quatre vit dans une famille où les parents vivent en union libre ou dans une famille monoparentale. [...] En conclusion, on peut dire que les enfants qui vivent avec leur père ont une situation matérielle assez comparable avec celle des enfants qui vivent dans une famille biparentale à revenu unique mais que les enfants qui vivent avec leur mère vivent dans des conditions beaucoup plus difficiles. » (pp. 83-87)