Chez Fadette - Girlhood, Family, and Private Space in Late Nineteen Century Saint-Hyacinthe (domestic History in Quebec)

Chez Fadette - Girlhood, Family, and Private Space in Late Nineteen Century Saint-Hyacinthe (domestic History in Quebec)

Chez Fadette - Girlhood, Family, and Private Space in Late Nineteen Century Saint-Hyacinthe (domestic History in Quebec)

Chez Fadette - Girlhood, Family, and Private Space in Late Nineteen Century Saint-Hyacinthe (domestic History in Quebec)s

| Ajouter

Référence bibliographique [7184]

Revue d’histoire urbaine / Urban History Review, vol. 26, no 2, p. 56-68.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] This article explores how social change affected physical space in late nineteenth century Saint-Hyacinthe. It is part of a collaborative effort between an architectural historian and an historian of the family, in which we examine the dynamics of family life and domestic space. » (p. 57)

Questions/Hypothèses :
« Did the ever-changing composition of the late nineteenth century family express itself in physical terms? What impact did family transitions such as remarriage have on room use? And how were such shifts perceived by the parents, children, and other family members who experienced them? » (p. 57)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- This case study uses the house at 750 rue Hôtel-Dieu, constructed between 1854 and 1857 for André-Augustin Papineau, a prominent notary and the brother of the famous Patriot leader;
- Recensements;
- Journal intime d’Henriette Dessaules;
- Photographies.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les histoires de l’espace domestique et de la vie domestique se pratiquent de façon relativement indépendante au Canada. Cet article dévoile les résultats préliminaires d’un projet interdisciplinaire dont le but ultime est de réduire cet écart. Fondée sur des sources écrites et non-écrites, la discussion porte sur les relations entre les changments familiaux et les espaces physiques au sein d’un ménage bourgeois du Québec urbain vers la fin du dix-neuvième siècle. Il s’agit de la maison de la jeune Henriette Dessaules, la journaliste bien connue sous le nom de plume, Fadette. Enfin, les auteurs font valoir deux arguments distincts mais complémentaires. D’abord, on souligne l’intérêt de l’environnement bâti (la maison) comme source de base dans l’étude plus large de la dynamique familiale. Et ensuite, on affirme que d’importantes transitions dans la vie domestique, le remariage par exemple, inspirent les femmes à prendre un contrôle plus important de leur propre espace. » (p. 56)