Le programme d’entraînement aux habiletés parentales Ces années incroyables : expériences dans deux contextes

Le programme d’entraînement aux habiletés parentales Ces années incroyables : expériences dans deux contextes

Le programme d’entraînement aux habiletés parentales Ces années incroyables : expériences dans deux contextes

Le programme d’entraînement aux habiletés parentales Ces années incroyables : expériences dans deux contextess

| Ajouter

Référence bibliographique [626]

Aide aux jeunes en difficulté de comportement : regards sur nos pratiques , sous la dir. de Michèle Déry, Denault, Anne-Sophie et Lemelin, Jean-Pascal, p. 27-48. Sherbrooke: Groupe de recherche sur les inadaptations de l’enfance, Université de Sherbrooke.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La première recherche vérifie l’efficacité d’un PEHP [programme d’entraînement aux habiletés parentales] auprès de parents d’enfants TDAH [trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité]. [...] La seconde recherche a pour but de vérifier l’efficacité d’un PEHP auprès de parents vulnérables suivis en protection de la jeunesse.» (p. 32-33)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
1re recherche : «[...] 110 parents d’un enfant présentant un TDAH, référés au programme Ces années incroyables entre 2003 et 2006 par un professionnel du milieu de la santé, de l’éducation ou des services sociaux.» (p. 33)
2e recherche : «[...] 45 parents suivis au CJM-IU [Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire] en raison de leur négligence envers leur enfant référés par leur intervenant.» (p. 34)

Instruments :
Divers questionnaires ont été utilisés, dont :
- Parenting Practices Interview (PPI: Webster-Stratton, 1998)
- Eyberg Child Behavior Inventory (ECBI; Robinson, Eyberg et Ross, 1980

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats des deux recherches que nous avons présentées confirment que les parents bénéficient de leur participation à Ces années incroyables en adoptant des stratégies éducatives plus positives (p. ex. : félicitations, récompenses, supervision, attentes claires) et moins de stratégies éducatives inappropriées (p. ex. discipline sévère, et inconstante) et ce, plus particulièrement chez les parents en protection de la jeunesse, chez qui on observe aussi une diminution du recours aux punitions physiques. Dans les deux cas, les parents rapportent une amélioration des comportements de leur enfant. Ces résultats montrent que ce PEHP peut être implanté avec succès au Québec auprès de familles très différentes, notamment celles ayant un enfant TDAH et celles suivies en protection de la jeunesse.» (p. 39-40)