Les facteurs d’influence de la décision de signaler pour mauvais traitements à partir du milieu scolaire en fonction du types d’abus

Les facteurs d’influence de la décision de signaler pour mauvais traitements à partir du milieu scolaire en fonction du types d’abus

Les facteurs d’influence de la décision de signaler pour mauvais traitements à partir du milieu scolaire en fonction du types d’abus

Les facteurs d’influence de la décision de signaler pour mauvais traitements à partir du milieu scolaire en fonction du types d’abuss

| Ajouter

Référence bibliographique [540]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de cette étude est de mieux saisir la dynamique psychologique ayant court [sic] dans la décision de signaler […]» un mauvais traitement remarqué chez un élève par une enseignante au niveau primaire. (p. 2)

Questions/Hypothèses :
«L’enseignante qui a un doute sérieux à l’effet qu’un élève est victime de mauvais traitements est confrontée à des problèmes moral, personnel, légal et institutionnel, comment résout-elle ces problèmes?» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Il ressort de la recension des écrits que divers facteurs peuvent influencer la décision de l’enseignante de signaler à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ou non un abus dont elle croit un élève victime. Il y a des facteurs situationnels (par exemple le statut socio-économique des parents) et des facteurs organisationnels (soutien ou non de la direction de l’école dans son choix). L’auteur croit aussi qu’il est important «[…] de réfléchir à l’impact que le signalement peut avoir dans la vie des enseignantes qui décident de le faire. [S]i un signalement qu’elle a fait est retenu et considéré comme étant fondé par les services de protection de la jeunesse, l’enseignante continue généralement d’être en contact avec l’enfant et les parents. » (p. 68) Enfin, l’auteur parle du type de mauvais traitement observé et son impact sur la décision de l’enseignante de le signaler ou non à la DPJ. «En effet, plusieurs marques et lacérations laissées sur le corps d’un enfant suite à un abus physique de son parent peuvent laisser moins de place au doute de signaler qu’une situation de négligence où l’enfant n’est pas habillé adéquatement par rapport à la saison de l’année (p.ex. : il porte des petits souliers en plein hiver).» (p. 69-70)