Naissances prémaritales au Sénégal : confrontation de modèles urbain et rural

Naissances prémaritales au Sénégal : confrontation de modèles urbain et rural

Naissances prémaritales au Sénégal : confrontation de modèles urbain et rural

Naissances prémaritales au Sénégal : confrontation de modèles urbain et rurals

| Ajouter

Référence bibliographique [4467]

Cahiers québécois de démographie, vol. 33, no 2, p. 239-272.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« À partir d’une comparaison entre deux populations contrastées, celle de la capitale (Dakar) et celle d’une région rurale (Niakhar), nous avons cherché à mieux comprendre les mécanismes d’entrée en vie conjugale et maternelle chez les femmes au Sénégal, et à déterminer les facteurs des naissances prémaritales. » (p. 239)

Questions/Hypothèses :
« Nous chercherons à répondre à un certain nombre de questions : à l’heure où la période de vie prénuptiale s’élargit et où la prévention des grossesses indésirées reste insuffisante, quelle sorte d’interaction entre les deux événements ’premier mariage’ et ’premier enfan’ observe-t-on? Que devient le modèle idéal de constitution des familles associant successivement mariage puis naissance? Les mécanismes observés en milieu rural sont-ils une réplique ’à retardement’ de ceux observés en ville? » (p. 242)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les données que nous utilisons reposent sur deux enquêtes biographiques réalisées, l’une à Dakar en 2001, l’autre dans la région de Niakhar en 1999. L’enquête ’jeunesse et devenir de la famille à Dakar’, réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1290 individus, dont 636 hommes et 654 femmes âgés de 15 à 59 ans, a pour but d’étudier les changements économiques et sociaux survenus dans les familles dakaroises, dans un contexte de crise persistante. La population choisie restitue ainsi la diversité des catégories sociales du tissu urbain dakarois. Les données recueillies retracent l’itinéraire résidentiel, professionnel, génésique et matrimonial des individus. [...] L’enquête ’Idéaux et comportements en matière de fécondité’ (ICOFEC) a été menée auprès de 1832 personnes, dont 804 hommes de 20 à 69 ans et 1039 femmes de 15 à 54 ans, résidant dans la zone d’étude de Niakhar. Cette étude devait permettre de mieux comprendre les conditions d’une transition de la fécondité dans cette zone, en proie par ailleurs à d’importantes mutations économiques et sociales. » (p. 247)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Au Sénégal, mariage et procréation demeurent fortement associés dans les représentations sociales. Avec le recul de l’âge au premier mariage, la maternité en période de célibat est une réalité de plus en plus fréquente. À partir d’une comparaison entre deux populations contrastées, celle de la capitale (Dakar) et celle d’une région rurale (Niakhar), nous avons cherché à mieux comprendre les mécanismes d’entrée en vie conjugale et maternelle chez les femmes au Sénégal, et à déterminer les facteurs des naissances prémaritales. À Niakhar, l’expérience urbaine s’avère déterminante pour le risque de devenir mère célibataire. À Dakar, le fait d’avoir grandi en milieu rural renforce le risque de mettre un enfant au monde avant de se marier, particulièrement pour les jeunes filles qui travaillent comme domestiques. C’est certainement durant cette période de vie prémaritale, où les statuts individuels sont fragiles, que les enjeux dans le domaine des politiques de santé de la reproduction sont les plus forts. » (p. 239)