État de situation sur le syndrome d’alcoolisation fœtale au Québec

État de situation sur le syndrome d’alcoolisation fœtale au Québec

État de situation sur le syndrome d’alcoolisation fœtale au Québec

État de situation sur le syndrome d’alcoolisation fœtale au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [4461]

État de situation sur le syndrome d’alcoolisation fœtale au Québec. Montréal: Gouvernement du Québec, Institut national de santé publique du Québec, Direction développement des individus et des communautés.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« En décembre 2003, l’Institut national de santé publique du Québec s’est vu confier le mandat, par le ministre de la Santé et des Services sociaux, de produire un état de la situation relativement au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF). En réponse à cette demande, ce travail décrit l’état des connaissances actuelles sur ce sujet ainsi que la situation et les réalisations québécoises en la matière. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Données de l’Enquête de santé dans les collectivités canadiennes (cycle 1.1) de Statistique Canada
- Divers documents écrits

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La consommation d’alcool durant la grossesse est susceptible de causer l’anomalie congénitale évitable considérée comme la plus fréquente. Il s’agit du syndrome d’alcoolisation fœtale qui est un problème complexe intimement lié à celui de l’alcoolisme et de la toxicomanie des femmes. » (p. 1)
Ce rapport porte sur l’état des connaissances sur ce syndrome, les progrès effectués, mais aussi les réalisations québécoises en ce domaine.
Les analyses qui ressortent de ce rapport révèlent que « Le syndrome d’alcoolisation fœtale est une embryopathie qui affecte grandement le développement de l’enfant. Les effets délétères de la consommation d’alcool pendant la grossesse ont été largement documentés, pourtant le diagnostic reste difficile. [...] Des estimations avancent néanmoins que les taux de SAF seraient de 0,5 à 2 pour 1 000 naissances vivantes en Amérique du Nord. En appliquant ces taux pour mesurer l’ampleur du problème au Québec, ceci aurait représenté, en 2002, de 36 à 144 cas de SAF parmi l’ensemble des naissances vivantes. [...] Le syndrome d’alcoolisation fœtale peut être évité si des mesures sont mises en place. [...] Une recension d’écrits ainsi que deux recherches ont bien cerné le profil des femmes enceintes québécoises et autochtones qui ont des problèmes de consommation d’alcool pendant la grossesse. Ces femmes ont généralement eu une enfance difficile, ont été victimes de violence et d’abus et la consommation d’alcool et de drogues est un moyen pour atténuer leurs souffrances. » (p. 41-42)
Ce rapport se termine avec des recommandations émanant de ce travail de recension et d’analyse.