Fréquence et déterminants de la récurrence du signalement en protection de la jeunesse : analyse de survie d’une cohorte montréalaise

Fréquence et déterminants de la récurrence du signalement en protection de la jeunesse : analyse de survie d’une cohorte montréalaise

Fréquence et déterminants de la récurrence du signalement en protection de la jeunesse : analyse de survie d’une cohorte montréalaise

Fréquence et déterminants de la récurrence du signalement en protection de la jeunesse : analyse de survie d’une cohorte montréalaises

| Ajouter

Référence bibliographique [3706]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude poursuit deux objectifs :
1) estimer le risque d’une première récurrence [du signalement en protection de la jeunesse] et en décrire l’évolution sur la période couverte par l’étude et 2) identifier les déterminants du risque de récurrence sur cette période. » (p. xi)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La cohorte [...] formée constitue ce que l’on nommera dans le reste du texte le ’groupe à risque’. [...] Il est composé précisément de 425 enfants résidant sur l’île de Montréal, âgés de 0 à 17 ans inclusivement et ayant fait l’objet pour la première fois d’un signalement évalué pour abus ou négligence au CJM-IU, tout cela à l’automne 1998. » (p. 38)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Notre étude contribue à une meilleure connaissance de la nature de la récurrence des signalements. Les mécanismes à l’oeuvre dans la récurrence varient selon la fenêtre temporelle étudiée. La récurrence à court terme serait liée à la découverte de nouveaux faits nécessitant un resignalement alors que la récurrence examinée sur une plus longue période serait associée à la fermeture du dossier lorsque l’intervention prend fin. L’accumulation de problèmes parentaux chez les enfants à risque élevé de récurrence peut poser aux services de protection des défis qui sont bien au-delà du mandat de protection qui leur est confié par la loi. Notre étude fait ressortir l’importance du moment entourant la transition des enfants vers les services sociaux de première ligne à l’issue de l’intervention et la nécessité de poursuivre les efforts vers une surveillance plus étroite et rigoureuse du phénomène de récurrence et de ses déterminants. » (p. xii)

N.B. Un article a également été publié à partir de cette thèse : Hélie, Sonia (2006), « La récurrence du signalement en protection de la jeunesse », Défi jeunesse, vol. 12, no 2, p. 16-22.