Le rôle des aidants familiaux en fonction de différents milieux de vie des personnes âgées en perte d’autonomie : Point de vue des intervenants rémunérés

Le rôle des aidants familiaux en fonction de différents milieux de vie des personnes âgées en perte d’autonomie : Point de vue des intervenants rémunérés

Le rôle des aidants familiaux en fonction de différents milieux de vie des personnes âgées en perte d’autonomie : Point de vue des intervenants rémunérés

Le rôle des aidants familiaux en fonction de différents milieux de vie des personnes âgées en perte d’autonomie : Point de vue des intervenants rémunéréss

| Ajouter

Référence bibliographique [3337]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude a comme objectif général de connaître le point de vue des intervenants rémunérés sur le rôle des aidants familiaux en fonction de différents milieux de vie où vivent des personnes âgées en pertes d’autonomie. » (p. iii)

Question/Hypothèses :
« Le contenu des rencontres de groupe ont permis de répondre à trois grandes questions : 1) Comment les intervenants perçoivent-ils le rôle des aidants familiaux? 2) Comment, à partir de cette perception, les intervenants conçoivent-ils leur rôle et leur fonction d’aide auprès des aidants familiaux? 3) Quelles sont les différences dans les perceptions des intervenants en fonction des milieux de vie des personnes âgées? » (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Cinq rencontres réunissant quatorze intervenants ont eu lieu. Deux groupes étaient formés d’intervenants sociaux travaillant dans des centres locaux de services communautaires (CLSC), un groupe d’intervenants provenait de centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD), un groupe de répondants oeuvrait dans des résidences intermédiaires et un dernier groupe réunissait des intervenants travaillant dans des résidences privées à but lucratif ou sans but lucratif. » (p. iii)

Instruments :
Guide d’entretien

Types de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les résultats de l’étude, qui repose sur la typologie de Twigg (1988), révèlent que les intervenants rémunérés, compte tenu de leurs spécificités professionnelles, s’accordent un rôle prédominant au niveau décisionnel et dans la mise en œuvre du plan d’intervention. Par ailleurs, ils attribuent aux aidants familiaux un rôle d’exécutant des tâches prédéterminées par le réseau formel, fondées sur la connaissance personnelle qu’ils ont de leurs parents âgées. Il appert également que les caractéristiques propres aux aidants formels et informels rendent difficiles l’harmonisation des services dans la prestation des soins aux personnes âgées, principalement en regard d’un partage inéquitable des tâches entre ces acteurs. De plus, n’étant pas considérés comme des clients par les organisations formelles, les aidants informels se voient octroyer très peu de services. » (pp. iii-iv)