Une analyse psychosociale de l’agression

Une analyse psychosociale de l’agression

Une analyse psychosociale de l’agression

Une analyse psychosociale de l’agressions

| Ajouter

Référence bibliographique [3293]

Boivin, Michel, Ouellet-Morin, Isabelle et Petitclerc, Amélie. 2006. «Une analyse psychosociale de l’agression». Dans Les fondements de la psychologie sociale , 2e ed., sous la dir. de Robert J. Vallerand, p. 381-421. Boucherville (Québec): Gaëtan Morin Éditeur.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce chapitre avait pour objectif de présenter les principaux points de vue théoriques au sujet du comportement agressif en insistant particulièrement sur les perspectives psychosociales. » (p. 420)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Après avoir défini l’agression de façon générale et établi des distinctions entre ses différentes formes, nous avons brièvement présenté les perspectives psychanalytique et éthologique, en soulignant les difficultés engendrées par le manque de spécificité des notions et par l’incapacité du modèle hydrodynamique, marqué par un fort déterminisme biologique, à rendre compte de la complexité du phénomène chez l’être humain. Nous avons par la suite examiné les théories psychosociales de l’agression en critiquant, sur les plans théorique et empirique, les fondements de l’hypothèse du lien entre la frustration et l’agression, et ceux de l’hypothèse de la catharsis. Nous avons également discuté de la contribution de Leonard Berkowitz, qui fait une plus grande place aux processus cognitifs supérieurs dans l’examen du lien entre la frustration et l’agression, et de celle de Dorf Zillman, qui présente le transfert d’excitation comme facilitateur potentiel de l’agression tout en soulignant que c’est l’interaction entre l’activation physiologique et l’interprétation cognitive du contexte qui donne lieu à l’émotion négative favorisant l’agression. Puis, nous avons présenté les fondements de la théorie de l’apprentissage social d’Albert Bandura et du modèle de la coercition familiale de Gerald Patterson, qui s’inscrivent dans la perspective du conditionnement opérant : ce sont les expériences et les apprentissages antérieurs, et les conditions plus immédiates de l’environnement qui expliquent qu’un individu adopte et maintient des comportements agressifs. Nous avons aussi abordé les importants travaux de Kenneth Dodge, qui a étudié plus particulièrement les problèmes de traitement de l’information sociale qui caractérisent les enfants agressifs. Enfin, nous avons présenté un nouveau corpus de recherches longitudinales et génétiquement informatives qui oblige à un nouvel examen des modèles fondés sur l’apprentissage social des conduites agressives. Le chapitre se ferme sur la présentation de l’état actuel des connaissances concernant les effets de la violence dans les médias. Ce thème a été traité de façon à refléter l’état actuel des connaissances sur cette question et à illustrer la valeur des modèles théoriques pour la compréhension du phénomène de l’agression interpersonnelle. » (p. 420)