Facteurs décisionnels reliés au statut biologique et au mode de procréation chez des futures mères lesbiennes

Facteurs décisionnels reliés au statut biologique et au mode de procréation chez des futures mères lesbiennes

Facteurs décisionnels reliés au statut biologique et au mode de procréation chez des futures mères lesbiennes

Facteurs décisionnels reliés au statut biologique et au mode de procréation chez des futures mères lesbienness

| Ajouter

Référence bibliographique [3029]

Facteurs décisionnels reliés au statut biologique et au mode de procréation chez des futures mères lesbiennes. http://dx.doi.org/10.7202/015780ar. Page consultée le 27 juillet 2007.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente étude distingue les couples [de femmes lesbiennes] optant pour l’insémination du sperme d’un DA de ceux qui optent pour la collaboration d’un homme de leur entourage. L’objectif principal vise à examiner les variables individuelles, conjugales, professionnelles et sociales recensées dans la littérature et leurs inter-influences en lien avec les décisions des futures mères. » (provenance : http://www.erudit.org/revue/efg/2006/v/n5/015780ar.html )

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Un total de 25 couples lesbiens francophones (50 partenaires), de Montréal et ses environs, ont répondu à une annonce proposant de participer à une étude sur le processus d’élaboration du projet de maternité chez les couples de femmes lesbiennes. » (provenance : http://www.erudit.org/revue/efg/2006/v/n5/015780ar.html )

Instruments :
Guide d’entretien individuel semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu et analyse statistique

3. Résumé


« La présente étude vise à examiner les facteurs associés au choix de la partenaire qui portera l’enfant et au choix du mode de procréation chez les couples de femmes lesbiennes élaborant un projet parental. Des entrevues semi-structurées individuelles de 50 partenaires de couple nullipares (25 couples) ont été menées, dont 56 % prévoient avoir recours à un donneur anonyme et 44 % à un donneur connu. L’analyse du contenu des entrevues montre que les futures mères biologiques sont plus nombreuses que les futures co-mères à rapporter, dès l’enfance, la présence de projections familiales et la pratique de jeux reliés à la maternité, de même que plus nombreuses à désirer vivre l’enfantement à l’âge adulte. Par ailleurs, une plus grande proportion de futures co-mères que de mères biologiques rapportent des motivations conjugales à devenir parent et sont exposées à des réactions négatives de leurs amis au projet parental. Les résultats montrent aussi que si les couples souhaitent une égalité des rôles parentaux, ils projettent néanmoins des rôles parentaux spécialisés accordant préséance au lien biologique à l’enfant. Les conditions de travail actuelles des futures mères sont également associées à leur statut biologique projeté. Enfin, nous avons exploré les motifs reliés au choix du mode de procréation. Cette étude suggère que l’adoption de la Loi instituant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation a des effets sur les décisions des couples de femmes lesbiennes et sur la gestion de leurs rôles parentaux pré-partum. » (résumé)