Analyse comparative entre la famille de l’habitant de Saint-Justin de Léon Gérin (1886) et une famille rurale québécoise d’aujourd’hui (2010) selon la perspective des temps sociaux

Analyse comparative entre la famille de l’habitant de Saint-Justin de Léon Gérin (1886) et une famille rurale québécoise d’aujourd’hui (2010) selon la perspective des temps sociaux

Analyse comparative entre la famille de l’habitant de Saint-Justin de Léon Gérin (1886) et une famille rurale québécoise d’aujourd’hui (2010) selon la perspective des temps sociaux

Analyse comparative entre la famille de l’habitant de Saint-Justin de Léon Gérin (1886) et une famille rurale québécoise d’aujourd’hui (2010) selon la perspective des temps sociauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [29]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de l’étude était de mieux connaître et comprendre la famille pour développer des services de soutien en conciliation travail-famille-milieux de vie. Cette étude visait la famille sans histoire, la famille moyenne qui ne fait pas partie des groupes ciblés habituellement par les études sociologiques parce que présentant une problématique particulière, celle-là même qui forme la majorité de la population.» (p. 2)

Questions/Hypothèses :
La question à laquelle a voulu répondre l’auteure de ce mémoire est la suivante: « les temps sociaux de la famille sont-ils soumis à un agent régulateur? S’il en est un, comment s’articule cette régulation?» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données utilisées dans ce mémoire proviennent principalement de deux sources. En premier lieu, de la description originale rédigée en 1898 par Léon Gérin (1948) de la famille de l’Habitant de Saint-Justin au Québec [...]. Dans un deuxième temps, nous avons retenu le témoignage d’une famille parmi celles qui ont participé à la recherche-action que nous avons menée dans la Chaudière-Appalaches [...].» (p. 3.44) «Il s’agit d’une famille de type traditionnelle, le père, la mère et quatre enfants.» (p. 3.55)

Instruments :
Grille d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’agent régulateur des temps sociaux de la famille québécoise a été la religion catholique pendant des décennies. Les mouvements d’après-guerre et la Révolution tranquille, ont amené un changement de paradigme avec la laïcisation des institutions et la multiplication des programmes sociaux de l’État-providence. Pour cerner l’importance de ce changement, nous avons utilisé la clef analytique de Léon Gérin pour produire une analyse comparative entre deux familles à deux époques: en 1886 et en 2010. Or, au moment où l’État est de plus en plus présent dans toutes les sphères de la vie de la famille tout en leur laissant une autonomie et une liberté, la population se montre de plus en plus sceptique envers les institutions étatiques. Un fossé s’est créé entre la société officielle, celle du social, des institutions, et la société officieuse, celle de la culture populaire qui agit à partir de l’esprit de corps de son groupe, virtuel ou non. La crise de confiance des gens envers les institutions annonce un nouveau changement de paradigme. La rationalité qui a été le moteur de la modernité fait graduellement place à l’émotionnel et à la valeur du temps présent. Le travail, agent régulateur qui comblait les besoins matériels à la modernité, serait remplacé progressivement par des besoins immatériels devenant l’agent régulateur des temps sociaux de la famille.» (p. v)