Influence de l’ordre de naissance sur les intérêts professionnels

Influence de l’ordre de naissance sur les intérêts professionnels

Influence de l’ordre de naissance sur les intérêts professionnels

Influence de l’ordre de naissance sur les intérêts professionnelss

| Ajouter

Référence bibliographique [2563]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Évaluer de façon distincte l’influence de l’ordre de naissance fraternel (position occupée dans l’ordre de la fratrie) et l’influence de l’ordre de naissance biologique (position occupée dans l’ordre des grossesses maternelles) sur les intérêts professionnels;
- Corriger certaines faiblesses méthodologiques des études antérieures sur le sujet;
- Évaluer la stabilité des résultats relatifs à l’influence de l’ordre de naissance sur les intérêts professionnels en fonction de diverses définitions de l’ordre de naissance;
- Examiner de manière séparée les intérêts professionnels des milieux de famille et des enfants uniques;
- Évaluer l’impact des habiletés intellectuelles sur le lien entre l’ordre de naissance et les intérêts professionnels.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon total de l’étude a été constitué de 277 participants (150 personnes adoptées et 127 personnes non adoptées). Ceux-ci possédaient en moyenne 13 années de scolarité (équivalent à un diplôme d’études collégiales)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La présente étude visait à évaluer de façon séparée l’influence de l’ordre de naissance fraternel et l’influence de l’ordre de naissance biologique sur les intérêts professionnels. [...] Les résultats obtenus ont montré que l’ordre de naissance (fraternel ou biologique) exerce peu d’influence sur les intérêts professionnels. Le fait de contrôler statistiquement pour la grandeur de la fratrie ou pour les habiletés intellectuelles n’a entraîné globalement aucune modification au niveau des résultats relatifs au lien entre l’ordre de naissance et les intérêts professionnels. De plus, les milieux de famille et les enfants uniques ne possédaient pas d’intérêts professionnels particuliers. Enfin, la grandeur de la fratrie et les habiletés intellectuelles n’ont été, respectivement, que faiblement ou aucunement associées aux intérêts professionnels. » (p.77)