Le phénomène d’influence entre pairs : Observation des interactions sociales à l’intérieur de groupes d’entraînement aux habiletés sociales impliquant des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans trouble du comportement

Le phénomène d’influence entre pairs : Observation des interactions sociales à l’intérieur de groupes d’entraînement aux habiletés sociales impliquant des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans trouble du comportement

Le phénomène d’influence entre pairs : Observation des interactions sociales à l’intérieur de groupes d’entraînement aux habiletés sociales impliquant des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans trouble du comportement

Le phénomène d’influence entre pairs : Observation des interactions sociales à l’intérieur de groupes d’entraînement aux habiletés sociales impliquant des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans trouble du comportements

| Ajouter

Référence bibliographique [255]

Dumoulin-Charette, Sandrine. 2011. «Le phénomène d’influence entre pairs : Observation des interactions sociales à l’intérieur de groupes d’entraînement aux habiletés sociales impliquant des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans trouble du comportement». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de l’étude est de décrire, dans une approche comportementale, le processus d’influence entre pairs.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«À travers l’observation des interactions sociales entre pairs dans un contexte d’intervention structuré, peut-on décrire, dans une approche comportementale, le processus d’influence entre pairs?» (p. 29)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[…] 66 élèves dont 48 ayant des troubles comportementaux et 18 agissant à titre de pairs aidants ont composé l’échantillon final utilisé dans le cadre de la présente étude. Ces élèves ont été répartis dans 8 groupes d’intervention prenant place dans 6 écoles primaires québécoises de la région de Montréal. Les jeunes ont participé au programme d’intervention dans le cadre de l’évaluation des impacts du programme l’Allié durant l’année scolaire 2004-2005.» (p. 58)

Instruments :
Grille d’observation

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Cette étude a permis de valider une méthode d’intervention connue et utilisée par les intervenants en milieux scolaires soit, l’ignorance intentionnelle des comportements inadaptés. […] Lors des ateliers d’entraînement aux habiletés sociales, lorsque les jeunes ont ignoré les comportements inadaptés d’un pair, ces comportements ont eu significativement plus de chances de cesser que lorsque les jeunes y ont prêté attention. La stratégie de l’ignorance intentionnelle aurait donc intérêt à être enseignée aux élèves afin qu’ils puissent l’utiliser non seulement dans la salle de classe, mais qu’ils puissent aussi la mettre en application dans des contextes interactionnels non structurés. L’étude a aussi permis de constater que le fait d’organiser des groupes incluant à la fois des élèves ayant des troubles du comportement et des pairs aidants sans difficultés de comportement n’a pas entraîné de conséquences négatives chez les participants. Il semble donc que lorsque des jeunes ayant des troubles du comportement sont jumelés à des jeunes n’ayant pas de problèmes de comportement dans un cadre d’intervention structuré, il est possible d’éviter de voir apparaître des effets d’entraînement à la déviance.» (p. 117-118) L’auteure traite beaucoup de la question du contexte familiale et du rôle parental dans sa problématique et son cadre théorique.