Prendre soin des personnes âgées ayant des incapacités : quel partage de responsabilité entre les familles et l’État?

Prendre soin des personnes âgées ayant des incapacités : quel partage de responsabilité entre les familles et l’État?

Prendre soin des personnes âgées ayant des incapacités : quel partage de responsabilité entre les familles et l’État?

Prendre soin des personnes âgées ayant des incapacités : quel partage de responsabilité entre les familles et l’État?s

| Ajouter

Référence bibliographique [2460]

Lavoie, Jean-Pierre, Guberman, Nancy et Attias-donfut, Claudine. 2007. «Prendre soin des personnes âgées ayant des incapacités : quel partage de responsabilité entre les familles et l’État? ». Informations sociales, no 143, p. 76-86.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur cherche à « [...] analyser et tenter de comprendre le positionnement du gouvernement du Québec en ce qui concerne les soins aux personnes âgées avec incapacités [...] » (p. 77)

Questions/Hypothèses :
« D’abord, qui a la responsabilité de prendre soin? La collectivité ou la famille? Ensuite, selon quelle modalité de prestation de soins? Ceux-ci sont-ils dispensés par le secteur public, par le marché ou par le monde associatif? Enfin, qui paie? La famille, l’État ou les employeurs? » (p. 77)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Depuis deux décennies, le désengagement de l’État à propos de la prise en charge des personnes âgées s’accentue au profit du recours aux services publics et commerciaux, d’une part, et à la famille, d’autre part. Cette dernière se déclare prête à assumer un soutien à ses proches âgés, mais pose des limites. Entre famille et État, l’équilibre reste à trouver. » (p. 76) Dans cet article, nous décrirons, dans un premier temps, le positionnement de l’État québécois, en tentant de répondre à ces trois questions. Ensuite, nous comparerons les attitudes de la population québécoise et des familles qui prennent soin d’un parent âgé sur la question de la responsabilité des soins. » (p. 77)