L’adaptation de jeunes gais, lesbiennes ou personnes bisexuelles et de leurs parents en contexte urbain et régional

L’adaptation de jeunes gais, lesbiennes ou personnes bisexuelles et de leurs parents en contexte urbain et régional

L’adaptation de jeunes gais, lesbiennes ou personnes bisexuelles et de leurs parents en contexte urbain et régional

L’adaptation de jeunes gais, lesbiennes ou personnes bisexuelles et de leurs parents en contexte urbain et régionals

| Ajouter

Référence bibliographique [2232]

Tremblay, Nicole, Julien, Danielle et Chartrand, Élise. 2007. «L’adaptation de jeunes gais, lesbiennes ou personnes bisexuelles et de leurs parents en contexte urbain et régional». Dans Homosexualités. Variations régionales , sous la dir. de Danielle Julien et Lévy, Joseph J., p. 161-183. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif de la présente étude vise à examiner l’adaptation des jeunes GLB [personnes gaies, lesbiennes et bisexuelles] québécois et de leurs parents en fonction des différents milieux de vie, urbains et non urbains. » (p. 162)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Première phase du projet :
« 150 jeunes GLB âgés de 14 à 25 ans ont été recrutés afin de répondre à une série de questionnaires portant sur divers aspects psychosociaux liés à l’orientation sexuelle et au coming out, sur la détresse psychologique et sur les habitudes de vie. » (p. 168)
Seconde phase du projet :
« L’échantillon [...] comprend 53 dyades composées d’un jeune GLB et de son parent (mère ou père). Le groupe de jeunes est composé de 24 garçons (45,2 %) et 29 filles (54,7 %), alors que celui des parents comprend 27 pères (50,9 %) et 26 mères (49,1 %). Le tiers des parents habitent une région urbaine, alors que 66 % habitent une région non urbaine (village ou rang, petite ville ou banlieue d’une grande ville). » (p. 169)

Instruments :
- Mesure de la « [d]ivulgation de l’orientation sexuelle (coming out) » (p. 170) auprès d’une liste de personnes« reprise de Otis et al. (2002). » (p. 169)
- Mesure de « l’acceptation de l’orientation sexuelle du jeune par l’entourage » (p. 170) à partir du choix de réponse élaboré par D’Augelli, 1991.
- « [Q]uestionnaire [comprenant] 23 énoncés portant sur la perception du soutien social et la perception d’isolement social, avec un alpha de Cronbach de 0,90 (Otis et al., 2002). » (p. 170)
- Questionnaire (Otis et al., 2002) « [évaluant] la socialisation gaie durant les trois derniers mois sur une échelle de Likert [...]. » (p. 171)
- « [P]remière partie du Scope and prevalence of anti-lesbian/gay victimization (Pilkington et D’Augelli, 1995) [...]. » (p. 171)
- « L’indice de détresse psychologique de Santé Québec (IDPESQ14) [adapté] du Psychiatric Symptom Index, élaboré et validé par Ilfeld (1976, 1978). Cet instrument provient du questionnaire de l’Enquête sociale et de santé 1998 du Québec (Daveluy, Pica, Audet, Courtemanche, Lapointe et al., 2000). » (p. 171)
- « [Q]uestionnaire [évaluant les idéations suicidaires] de l’Enquête sociale et de santé 1998 du Québec (Daveluy et al., 2000). » (p. 172)
- « [T]raduction française effectuée pour la présente étude du Internalized Homophobia Scale (Herek, Cogan, Gillis et Glunt, 1997; Herek, Cogan et Gillis, 2000). » (p. 172)
- « [Q]uestionnaire [mesurant] l’acceptation à l’égard de son orientation sexuelle (Otis et al., 2002). » (p. 172)
- Questionnaire (Otis et al., 2002) mesurant les « craintes liées à la divulgation et à l’affirmation de son orientation sexuelle. » (p. 172)
- Mesure de « [l]’évaluation de l’excès d’alcool » (p. 172) à partir de l’Enquête sociale et de santé 1998 du Québec (Daveluy et al., 2000).
- Évaluation de « [l]a consommation de drogues » (p. 173) à partir d’une question [...] tirée de l’Enquête sociale et de santé 1998 du Québec (Daveluy et al., 2000). (p. 172)
- « Une [mesure] évalue depuis combien de temps les parents sont au courant de l’orientation sexuelle de leur enfant. » (p. 173)
- « [Une] mesure porte sur l’occurrence de problèmes vécus par les parents en raison de l’orientation sexuelle de leur enfant dans diverses sphères de la vie (vie de couple, autres enfants, famille, travail, amis et voisinage). » (p. 173)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Dans l’ensemble, [les] résultats sont cohérents avec les rares données obtenues sur l’homosexualité en région aux États-Unis. Ainsi, les jeunes GLB dont les parents habitent à l’extérieur des grands centres urbains, comparativement à ceux dont les parents demeurent dans une grande ville, sont moins enclins à divulguer leur orientation sexuelle à l’entourage et éprouvent davantage de malaise face à leur orientation. Les parents habitant en milieu non urbain, comparativement à ceux qui vivent en contexte urbain, mentionnent être informés de l’orientation sexuelle de leur enfant GLB depuis moins longtemps, ce qui suggère que les jeunes ont tendance à garder secrète leur orientation sexuelle plus longtemps. De plus, seuls les parents non urbains rapportent avoir vécu des problèmes familiaux en raison de l’homosexualité d’un de leurs enfants, et la fratrie serait plus affectée par l’occurrence de cette orientation. Les différences observées suggèrent donc l’existence de contraintes particulières dans les environnements non urbains qui ne favorisent pas l’expression d’une orientation non hétérosexuelle. Cependant, en l’absence de données, il est difficile de savoir si les barrières à la divulgation de l’homosexualité en milieu non urbain sont attribuables à un climat plus homophobe ou à des difficultés dans la délimitation des sphères privée et publique. » (p. 177)