Il est temps que nos jeunes se débranchent. Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008

Il est temps que nos jeunes se débranchent. Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008

Il est temps que nos jeunes se débranchent. Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008

Il est temps que nos jeunes se débranchent. Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008 s

| Ajouter

Référence bibliographique [2090]

Canada, Jeunes en forme. 2008. Il est temps que nos jeunes se débranchent. Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008 . Toronto: Jeunes en forme Canada.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le Bulletin canadien de l’activité physique chez les jeunes 2008 [...] fait état du niveau d’activité physique des jeunes canadiens. Le but de ce rapport annuel est de fournir une évaluation approfondie et exhaustive des indicateurs qui influencent le comportement des jeunes en matière d’activité physique.» (p.6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données tirées de multiples études et sondages pan-canadiens et provinciaux portant sur les jeunes, la santé et le mode de vie.


Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le Bulletin 2008 analyse des indicateurs qui permettent d’évaluer objectivement le niveau d’activité physique actuel chez les jeunes canadiens et les enjeux de santé et de bien-être associés à ce niveau. Il examine également les influences sociétales qui peuvent favoriser ou entraver l’activité physique, notamment la famille, l’école, la collectivité et les gouvernements.» (p.6) «[N]ous présentons des données provinciales afin d’illustrer que, outre quelques petites différences, toutes les provinces ont du travail à faire. Les données les plus récentes suggèrent que ce sont les provinces de Terre-Neuve, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du Québec qui doivent surtout modifier leur tir, alors que la Colombie-Britannique, l’Alberta, le Yukon et la Saskatchewan semblent avoir fait des progrès.» (p.12)