Intervention en contexte de radicalisation menant à la violence : une approche clinique multidisciplinaire

Intervention en contexte de radicalisation menant à la violence : une approche clinique multidisciplinaire

Intervention en contexte de radicalisation menant à la violence : une approche clinique multidisciplinaire

Intervention en contexte de radicalisation menant à la violence : une approche clinique multidisciplinaires

| Ajouter

Référence bibliographique [20828]

Santé Mentale au Québec, vol. 43, no 1, p. 85-99.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article a pour objectif de décrire l’approche de l’équipe [d’une clinique rattachée au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal], son offre de service et d’illustrer les principales catégories de situations cliniques pour lesquelles l’équipe fut sollicitée durant sa première année de fonctionnement. Il s’agit d’une première description d’un travail clinique d’une équipe spécialisée au regard de la radicalisation menant à la violence au Canada.» (p. 87)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaire diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


À la lumière des résultats, les auteurs mentionnent que «[m]ême si l’équipe est consultée pour des situations cliniques plus critiques […], celles rapportées [dans l’étude] illustrent la multiplicité des manifestations […] et confirment la pertinence d’une approche multidisciplinaire et systémique tenant compte d’un vaste éventail de facteurs sociaux, familiaux, et individuels qui influencent la radicalisation violente.» (p. 93) Concernant les facteurs familiaux, les auteurs mentionnent que «[p]eu d’études à ce jour explorent le lien entre les rapports familiaux et la radicalisation violente. Toutefois, la famille peut jouer un rôle important de protection ou de vulnérabilisation face à un contexte social clivant. Quelques études soulignent que la relation parent-enfant peut influencer le risque de radicalisation chez les jeunes, notamment en présence de dynamiques familiales violentes ou dysfonctionnelles ou d’une idéologie extrémiste chez les parents. [Les observations des auteurs] vont dans ce même sens. Pour plusieurs cas, des enjeux d’attachement, des problèmes relationnels importants ou des histoires traumatiques non résolues ont pu jouer un rôle dans la trajectoire vers la radicalisation violente.» (p. 94) Par ailleurs, les auteurs mentionnent «que des dynamiques familiales protectrices constituent des leviers puissants pour la résolution de problématiques complexes. Les facteurs de risque et de protection sociaux et familiaux s’associent à des facteurs individuels pour influencer la trajectoire d’un individu.» (p. 95)