Culture familiale et résilience des adolescents intimidés

Culture familiale et résilience des adolescents intimidés

Culture familiale et résilience des adolescents intimidés

Culture familiale et résilience des adolescents intimidéss

| Ajouter

Référence bibliographique [20817]

Résilience et culture, culture de la résilience , sous la dir. de Colette Jourdan-Ionescu, Ionescu, Serban, Kimessoukié-Omolomo, Étienne et Julien-Gauthier, Francine, p. 300-308. Québec: Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de cette recherche est […] de comprendre l’expérience des adolescents ayant vécu le phénomène de l’intimidation par des pairs. Les objectifs spécifiques sont les suivants: comprendre les différents mouvements et postures psychiques des adolescents ayant vécu l’expérience de l’intimidation par des pairs; comprendre le vécu d’intimidation de ces adolescents à partir de leur histoire familiale.» (p. 301)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«En tout, 15 sujets de 12 à 17 ans ont été rencontrés [en séance de psychanalyse] une à trois fois, selon l’intérêt de ceux-ci. Ensuite, huit autres sujets ont été ajoutés à cette recherche provenant de la série “Les intimidés”.» (p. 301) Lors de ces entretiens, les chercheurs ont compilé des notes dans des journaux de bord.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La majorité des adolescents ont tenu un discours positif au sujet des membres de leur famille et ils leur témoignent une grande reconnaissance. Plusieurs adolescents ont vécu de douloureuses expériences d’intimidation et ils ont pu écarter toute pensée suicidaire avec le soutien des membres de leur famille. Toutefois, certains d’entre eux [ont emmené les auteures à se] soucier de leur dynamique familiale, notamment par rapport à l’autorité du père, à la position de la mère et aux comportements de la fratrie en l’absence de l’autorité paternelle.» (p. 303) En effet, «il est possible d’affirmer que si le père confond l’autorité et l’agressivité dans l’exercice de son rôle, cela aura plusieurs conséquences tant pour la mère que pour la fratrie.» (p. 305) «Une fois intégrée (par identification), la violence se rejoue dans la famille, que ce soit entre les membres de la fratrie ou encore entre un parent et son enfant. Ce vécu s’inscrit aussi ailleurs. Chez les adolescents qui ont connu une telle dynamique, il resurgit dans leur manière d’être en lien avec les autres, notamment avec leurs pairs à l’école. Ainsi, si les adolescents ont appris à prendre la place de l’autorité et à intimider leur fratrie dans leur famille, ils reproduiront ce comportement à l’école.» (p. 305)