Fardeau des aidants dans le trouble cognitif léger amnésique

Fardeau des aidants dans le trouble cognitif léger amnésique

Fardeau des aidants dans le trouble cognitif léger amnésique

Fardeau des aidants dans le trouble cognitif léger amnésiques

| Ajouter

Référence bibliographique [20762]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente thèse par articles vise la caractérisation de la détresse émotionnelle et du fardeau des aidants de personnes se trouvant possiblement dans la phase prodromique de la maladie d’Alzheimer (MA), à savoir le trouble cognitif léger amnésique (TCLa). Dans la première étude […], l’impact émotionnel perçu de plusieurs symptômes neuropsychiatriques (SNP) sur la détresse émotionnelle des conjoints et des enfants de personnes avec un TCLa est comparé à celui des enfants et conjoints de ceux qui ont la MA. […] Dans la seconde étude […], la nature du fardeau (objectif et subjectif) et les symptômes anxieux et dépressifs sont caractérisés chez les époux aidants.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Pour le premier article, l’échantillon est constitué de 108 conjointes ou enfants de personnes atteintes d’un trouble cognitif léger (n = 70) et de la maladie d’Alzheimer (n = 38). Pour le deuxième article, 25 conjointes de personnes ayant un TCLa ont été recrutées.

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Pour le premier article, les «analyses mettent en évidence l’absence de différence significative de détresse émotionnelle entre les aidants de personnes ayant un TCLa et ceux ayant la MA pour l’ensemble des SNP considérés. Les résultats rapportent un profil de détresse émotionnelle similaire entre les deux groupes de conjoints, de la MA et du TCLa, avec en tête de file la dépression, l’anxiété, l’apathie et l’irritabilité. Par contre, pour les aidants enfants, la détresse émotionnelle est significativement plus élevée pour ceux ayant un proche atteint de la MA. Par ailleurs, indépendamment de la relation de l’aidant avec le patient ou du diagnostic (TCLa vs MA) de ce dernier, il y a une relation positive entre la fréquence/gravité des SNP et la détresse émotionnelle des aidants de l’échantillon.» (p. iii) De leur côté, les résultats du deuxième article «suggèrent que les aidants présentent à la fois des niveaux élevés de fardeau subjectif et objectif et de morbidité psychologique (anxiété et dépression). Ils fournissent de nouveaux soins de santé, du soutien affectif et du transport à leur proche qui a un TCLa et près de la moitié d’entre eux vit un fardeau subjectif lié au stress. Dans l’échantillon, le fardeau subjectif des aidants prédit la sévérité de la dépression et de l’anxiété des aidants. De plus, lorsque l’on prend en considération les variables sociodémographiques et la santé physique de l’aidant, le niveau de scolarité est négativement associé à la dépression.» (p. iii)