Exploration des enjeux liés à l’honneur au sein des conflits intergénérationnels chez les adolescentes et les jeunes femmes sud-asiatiques

Exploration des enjeux liés à l’honneur au sein des conflits intergénérationnels chez les adolescentes et les jeunes femmes sud-asiatiques

Exploration des enjeux liés à l’honneur au sein des conflits intergénérationnels chez les adolescentes et les jeunes femmes sud-asiatiques

Exploration des enjeux liés à l’honneur au sein des conflits intergénérationnels chez les adolescentes et les jeunes femmes sud-asiatiquess

| Ajouter

Référence bibliographique [20733]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[C]ette recherche vise à mieux comprendre les conflits intergénérationnels liés à l’honneur au travers le point de vue de jeunes femmes qui en ont directement fait l’expérience[.]» (p. 43)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de six jeunes «femme[s] d’origine sud-asiatique de deuxième génération, donc née[s] au Canada ou arrivée[s] en bas âge[, ayant] entre 25 et 35 ans[, et ayant] vécu un conflit intergénérationnel[.]» (p. 45) Les participantes ont été recrutées à l’aide de «plusieurs organismes communautaires ancrés dans la communauté sud-asiatique de Montréal[.]» (p. 46)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les résultats «suggèrent [notamment] que les adolescentes et les jeunes femmes présentent généralement un état d’ambivalence face aux conflits familiaux dans lesquels elles sont impliquées. En effet, toutes [les] participantes ont exprimé de diverses manières l’amour qu’elles éprouvaient envers leurs parents et leur famille. Par conséquent, elles ne souhaitaient pas les décevoir. [Les] résultats laissent supposer que les adolescentes et jeunes femmes sud-asiatiques accordent une grande importance à leurs liens familiaux, particulièrement dans leur famille nucléaire. De plus, si la majorité [des] répondantes n’adhèrent pas totalement aux normes sociales associées à leur communauté ethnoculturelle, aucune ne rejette sa culture familiale pour autant. Toutefois, elles refusent unanimement le contrôle parental constant dont elles sont la cible. Les adolescentes et les jeunes femmes ont toutes témoigné de leur besoin de se sentir plus libres de leurs mouvements. Elles ont affirmé de diverses façons vouloir choisir par et pour elles-mêmes, ce qui ne veut pas non plus dire qu’elles rejettent nécessairement en bloc les aspirations que leur famille entretient pour elles. Selon [l’auteure], cet état d’ambivalence ressenti par les adolescentes et les jeunes femmes pourrait se traduire, en d’autres mots par le développement d’un conflit de loyauté entre leur famille et elles-mêmes.» (p. 128-129)