« Ceux qui sont passés par là » - L’aide volontaire et les solidarités de proximité échangés entre parents en contexte d’autisme

« Ceux qui sont passés par là » - L’aide volontaire et les solidarités de proximité échangés entre parents en contexte d’autisme

« Ceux qui sont passés par là » - L’aide volontaire et les solidarités de proximité échangés entre parents en contexte d’autisme

« Ceux qui sont passés par là » - L’aide volontaire et les solidarités de proximité échangés entre parents en contexte d’autismes

| Ajouter

Référence bibliographique [20675]

Courcy, Isabelle et des Rivières-Pigeon, Catherine. 2018. «« Ceux qui sont passés par là » - L’aide volontaire et les solidarités de proximité échangés entre parents en contexte d’autisme ». Revue canadienne de service social / Canadian Social Work Review, vol. 35, no 2, p. 67-85.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article a pour objectif d’analyser l’aide volontaire et les solidarités de proximité mobilisées par [des] familles d’enfants présentant un TSA [trouble du spectre de l’autisme] au Québec et de mieux comprendre la place que les parents accordent à ces formes de soutien dans leur vie avec l’enfant.» (p. 78)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cet article s’inscrit dans une recherche plus vaste portant sur l’évolution des réseaux de soutien et des échanges d’argent au sein de familles d’enfants présentant un TSA au Québec (des Rivières-Pigeon, Belleau et White, 2015-2017).» (p. 71) Pour cette étude-ci, des «24 parents composant les 13 familles participantes, 18 parents ont participé aux entrevues (11 mères, 1 belle-mère et 6 pères).» (p. 72) Ces derniers «provenaient de six régions administratives du Québec (Montérégie, Montréal, Laurentides, Laval, Outaouais, Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches).» (p. 71)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les trois principaux constats suivants ressortent de l’analyse des résultats. Premièrement, «les familles participantes étaient confrontées à des manques de services spécialisés dans le réseau public; [deuxièmement] elles ne bénéficiaient pas toutes des prestations gouvernementales qui sont offertes aux familles d’enfant vivant une situation de handicap et [troisièmement] la plupart recevaient un soutien perçu comme inadéquat, et pour certaines très limité, de la part des personnes du contexte familial élargi. […] Depuis les dernières décennies, les solidarités familiales et les solidarités de proximité sont fortement sollicitées pour répondre aux besoins des familles, à défaut de soutien de la part des solidarités publiques […]. Les résultats de cette recherche montrent bien en quoi le contexte particulier du TSA met en exergue cet enjeu central des solidarités contemporaines. D’une part, les besoins de soutien des parents et le fardeau financier des familles sont accrus par le coût des interventions et les conséquences constatées en emploi, particulièrement pour les mères […]. D’autre part, les particularités de l’enfant rendent plus difficile l’adéquation entre les besoins des parents, ceux de l’enfant et les soutiens non spécialisés qui sont “généralement” échangés dans les réseaux de solidarités […].» (p. 78-79)