Overrepresentation and Disparity of Black Children Reported under the Child Protection System: The Need for Effective Cross-System Collaborations

Overrepresentation and Disparity of Black Children Reported under the Child Protection System: The Need for Effective Cross-System Collaborations

Overrepresentation and Disparity of Black Children Reported under the Child Protection System: The Need for Effective Cross-System Collaborations

Overrepresentation and Disparity of Black Children Reported under the Child Protection System: The Need for Effective Cross-System Collaborationss

| Ajouter

Référence bibliographique [20614]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Élaborée à partir de trois articles, cette thèse vise à développer une compréhension plus approfondie de la surreprésentation des enfants Noirs suivis par le système de protection de l’enfance au Canada. Le premier et le deuxième article examinent les taux de disparité des enfants faisant l’objet d’un signalement au Centre Jeunesse […]. [Le] troisième article identifi[e] certains défis engendrés par la collaboration entre un Centre Jeunesse et un organisme communautaire.» (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«The [first] study consisted of a secondary analysis using two different data sources: a clinical administrative dataset derived from the child protection agency in Montreal, Quebec and the 2001 Census, 2006 Census, and 2011 National Household Survey (NHS) from Statistics Canada.» (p. 43) «The [second] study involved secondary clinical-administrative data from a child protection agency in Montreal, Quebec [and from the 2006 Canadian census].» (p. 74) The participants for the third study «were recruited based on their membership in the stakeholder committee, which consisted of 6 members representing both the child protection agency and the community organization.» (p. 101)

Instruments :
- Questionnaires
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats du premier article indiquent que comparativement aux enfants Blancs, les enfants Noirs étaient cinq fois plus susceptibles d’avoir leur signalement retenu et que le motif de celui-ci se révèle fondé. Le taux de placement était également cinq fois plus élevé que celui des enfants Blancs. Les résultats du deuxième article révèlent des différences dans la durée de placement et la probabilité d’une réunification familiale. Lorsqu’on compare la durée de placement des enfants Noirs, Blancs et d’autres minorités racisées, les enfants Noirs avaient une durée de placement plus longue. De plus ces enfants étaient moins susceptibles de réintégrer leur famille une fois le placement terminé. Cette probabilité réduite de réunification familiale s’explique statistiquement par l’impact de trois variables: l’instabilité du placement, l’âge de l’enfant et le type de maltraitance subie. Il est suggéré que l’accessibilité des services de soutien social au sein de la communauté de l’enfant est un facteur qui permet de protéger contre la pauvreté et diminuer la surreprésentation des enfants Noirs.» (p. i) En ce qui concerne le troisième article, l’auteure mentionne qu’une collaboration entre un Centre Jeunesse et un organisme communautaire aurait pour but «de rehausser les conditions socioéconomiques des ménages tout en permettant d’offrir un éventail de services plus adaptés aux particularités culturelles des parents noirs. [Toutefois, les] résultats obtenus révèlent que le contexte organisationnel, le niveau de soutien sociopolitique et la culture organisationnelle des agences de la protection de la jeunesse influencent considérablement l’efficacité du partenariat.» (p. i)