Femmes canadiennes et intimités transnationales : mobilités, ancrages et réunification conjugale

Femmes canadiennes et intimités transnationales : mobilités, ancrages et réunification conjugale

Femmes canadiennes et intimités transnationales : mobilités, ancrages et réunification conjugale

Femmes canadiennes et intimités transnationales : mobilités, ancrages et réunification conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [20549]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«De façon générale, cette étude vise à accroitre l’état des connaissances sur les couples mixtes transnationaux et sur les processus de sélection d’un conjoint.» (p. 51)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 27 femmes québécoises ou résidentes permanentes «qui [sont] ou [ont] été en couple avec un homme originaire d’un pays du Sud et qui [ont] entamé le processus de parrainage de leur conjoint au Canada» (p. 63), de même qu’une conseillère en immigration, une conseillère en formation d’un programme d’études en coopération internationale ainsi qu’un homme qui a été parrainé par une femme québécoise. L’auteure a également fait «dix-huit mois d’observation participante dans deux groupes Facebook de femmes en couple avec un homme non-canadien.» (p. 67)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À la lumière des résultats, l’auteure mentionne notamment que, «malgré la diversité des expériences dans le développement de l’intimité chez les couples, l’expérience du processus de réunification conjugale au Canada est similaire chez les femmes de l’étude. Ce dernier s’est révélé être rébarbatif à travers ses procédures administratives longues, onéreuses et intenses. Les femmes ont vécu un niveau de stress important à cause de l’aspect bureaucratique du processus, mais aussi, parce que leur relation intime, ainsi que le choix de leur conjoint, ont été questionnés, testés et parfois dénigrés pendant le processus de réunification conjugale. À travers toutes ces épreuves bureaucratiques, la réunification conjugale a acquis une valeur émotionnelle et symbolique importante pour les femmes parrains, ce qui a contribué à la réification et à l’idéalisation de leur mariage et de leur projet de couple au Canada. [Par ailleurs,] les relations intimes entre individus du Nord et individus du Sud sont d’emblée posées comme des problèmes, principalement pour (et par) les États-Nations du Nord. Les médias se sont emparés de la portée sensationnaliste que présente la “fraude conjugale”. Or, il apparaît que les problèmes relatifs aux couples Nord-Sud émergent plutôt du processus même de réunification conjugale, lequel contribue à rendre plus vulnérables les femmes parrains, en les forçant souvent à précipiter leur mariage et les démarches de réunification conjugale.» (p. 230)