Neurotraumatisme à l’adolescence et processus de résilience

Neurotraumatisme à l’adolescence et processus de résilience

Neurotraumatisme à l’adolescence et processus de résilience

Neurotraumatisme à l’adolescence et processus de résiliences

| Ajouter

Référence bibliographique [20535]

Résilience et culture, culture de la résilience , sous la dir. de Colette Jourdan-Ionescu, Ionescu, Serban, Kimessoukié-Omolomo, Étienne et Julien-Gauthier, Francine, p. 428-438. Québec: Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES).

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[C]ette étude a pour but de mieux comprendre le processus de résilience familiale en contexte d’un traumatisme craniocérébral sévère à l’adolescence.» (p. 428)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé d’une adolescente québécoise présentant un traumatisme craniocérébral sévère et de sa famille. L’âge de l’adolescente n’est pas révélé dans le texte.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«En résumé, les résultats de la présente étude viennent confirmer les recherches existantes, alors que d’autres amènent une précision sur certains éléments ou une nouvelle contribution au développement des connaissances. D’abord, à l’instar des recherches publiées, elle réaffirme que la présence de certaines caractéristiques d’une personnalité combattive chez les membres de la famille, telles que la détermination et la positivité […], ainsi que le soutien des membres de la famille et des amis […] ont un impact sur leur processus de résilience. En outre, cette étude vient préciser quelques points repérés dans les écrits en regard de l’influence des croyances culturelles et de la spiritualité […], du sentiment d’être utile auprès de l’adolescent, ainsi que du rôle des professionnels de la santé dans le processus de résilience […]. Enfin, elle apporte un éclairage nouveau sur l’influence positive de la présence de l’espoir […], de conserver son sens de l’humour […], de la pratique de sports et de loisirs et du soutien lors du retour à l’école […] sur le processus de résilience.» (p. 433)