Les variations temporelles de la fréquence des violences physiques en contexte conjugal

Les variations temporelles de la fréquence des violences physiques en contexte conjugal

Les variations temporelles de la fréquence des violences physiques en contexte conjugal

Les variations temporelles de la fréquence des violences physiques en contexte conjugals

| Ajouter

Référence bibliographique [20461]

Criminologie, vol. 51, no 2, p. 343-373.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude propose de combler [le manque de recherches concernant la violence conjugale] en examinant les trajectoires individuelles de femmes qui [en] ont été victimes […]. Plus spécifiquement, l’objectif est d’analyser l’évolution de la fréquence de la violence physique à travers le temps.» (p. 343)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 53 femmes de 18 ans et plus victimes de violence conjugale. «Les participantes ont été référées par plusieurs organismes: les maisons d’hébergement du Québec (n = 30), les services d’aide aux victimes (n = 9), les services correctionnels (n = 3), les organismes communautaires (n = 2) et les maisons de thérapie (n = 2), et un échantillon issu de la population rejoint à l’aide d’affiches et de publicités (n = 7).» (p. 352)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats de cette recherche montrent que la fréquence de ces violences physiques varie grandement d’une victime à l’autre, mais elle varie également au sein même des trajectoires de chacune de ces femmes. Ils montrent également que pour comprendre comment évoluent ces violences, il faut impérativement considérer les caractéristiques de la victime, du conjoint et de leur relation, mais aussi les circonstances de vie qui changent au cours des trajectoires. Un autre résultat important est l’impact du temps qui passe. En effet, on constate que, de manière générale, la fréquence de la violence tend à augmenter au fil des mois.» (p. 343)