Les peuples autochtones : des réalités méconnues à tout point de vue

Les peuples autochtones : des réalités méconnues à tout point de vue

Les peuples autochtones : des réalités méconnues à tout point de vue

Les peuples autochtones : des réalités méconnues à tout point de vues

| Ajouter

Référence bibliographique [20455]

Les peuples autochtones : des réalités méconnues à tout point de vue. Institut de coopération pour l’éducation des adultes. http://icea-apprendreagir.ca/les-peuples-autochtones-des-realites-meconnues-a-tout-point-de-vue/. Page consultée le 15 janvier 2019.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article porte sur les réalités éducatives des Autochtones. [Il] est le troisième d’une série portant sur les groupes marginalisés ou précarisés au plan éducatif. L’objectif de cette série est de mieux connaître les réalités éducatives de ces groupes, d’en comprendre les causes et de présenter des pistes permettant de réduire les inégalités.» (site web)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon l’auteure, la monoparentalité et la parentalité en bas âge expliquent certains enjeux d’adaptation des Autochtones au milieu académique non-autochtone. Elle mentionne que «la parentalité est généralement considérée comme une richesse, même si elle arrive à un plus jeune âge chez les Autochtones. [Ainsi,] la proportion de familles monoparentales est plus importante chez les Autochtones: 29,7 % des enfants autochtones vivent dans une famille à parent unique comparativement à 18,6 % d’enfants non autochtones […]. [Considérant] le haut taux de croissance de la population autochtone, plusieurs jeunes adultes sont parents. Or, les écoles ne semblent pas adaptées à leur réalité, notamment par rapport aux jeunes femmes cheffes de famille monoparentale [...].» (site web) Suite à ces constats, l’auteure affirme que le «contexte d’apprentissage doit s’adapter aux besoins des adultes autochtones et non l’inverse. Il est ainsi possible d’imaginer des adaptations comme une plus grande flexibilité dans les horaires de cours, la possibilité de prendre plus de temps pour terminer un programme d’études, une attitude compréhensive quant aux absences liées à la famille, l’autorisation de congés, etc. Aussi, des mesures de conciliation travail, famille et études sont à mettre en place.» (site web)